Thèmes

affiche afrique amis amour annonce argent article background bienvenue bonne cadre

Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· Actualités Comores et Monde (545)
· Assalam anleykum!!! (1301)
· Billets d'humeur (40)
· Blague à part (51)
· Chronique sur Qui est Qui (35)
· Crash A 310 de Yemenia : (45)
· Dialogue Inter Institutions (10)
· Dossier à classer au cas par cas (3)
· Elections 2014-2015 (15)
· Elections Harmonisées 26 Déc 2010 (111)
· Entre l'Union et les Iles des Comores (25)
· Femme, je vous aime. (13)
· Feuilleton DAFINE SG Gouv Ngazidja (19)
· Général Salimou Mohamed Amiri (121)
· Gouvernements (16)
· Le panier de délices (10)
· Législatives 2009 (38)
· Les Comores en Images (25)
· Libre opinion (350)
· Sports Jeunesse et Culture (127)
· Trois Questions à:... (32)

Rechercher
Derniers commentaires

bien les amateur de zoophilie ?http://izimon ey94510.center blog.net
Par Zoubaka, le 24.11.2014

ndé drenda de l'esprit criminel qui est attendu à la mosquée de ham ramba pour dépeupler le palais du peuple e
Par Anonyme, le 24.11.2014

bonjour ; maritimes_0606 @hotmail.fr j 'octroie des prêts allant de 1000 à 800.000€ aux entreprises,so ci
Par maritimes, le 24.11.2014

bonjour ; maritimes_0606 @hotmail.fr j 'octroie des prêts allant de 1000 à 800.000€ aux entreprises,so ci
Par maritimes, le 24.11.2014

bonjour ; maritimes_0606 @hotmail.fr j 'octroie des prêts allant de 1000 à 800.000€ aux entreprises,so ci
Par maritimes, le 24.11.2014

Voir plus

Articles les plus lus

· Mondial 2014: Cristiano Ronaldo bombarde Israël !
· Comores: A l'heure de la pierre taillée par un ordinateur!
· Feuilleton DAFINE SG Gouv Ngazidja - Episode 4.
· Chronique du Weekend: Sexe et Islam!
· J.O-2012: Un journaliste de TF1 écorche les Comores

· Feuilleton DAFINE - Episode 13
· Marseille : Le comorien Abdallah tué et un autre blessé
· Dossier: Farid Soilihi, candidat de la Diaspora.
· Chronique du weekend: Djamel Debouze - Révélations!
· Feuilleton DAFINE SG Gouv Ngazidja - Suite.
· Comores : Résultat du Baccalauréat 2014
· Comores: Dossier du crash du vol Inter iles
· Comores:''Tsi tsehe''de Salim Ali Amir est un chef d'oeuvre!
· Comment créer une entreprise aux comores?
· Comores au Féminin

Voir plus 

Abonnement au blog
Recevez les actualités de mon blog gratuitement :


Statistiques

Date de création : 24.05.2009
Dernière mise à jour : 24.11.2014
3099articles


Images
Ne crains rien! Avance!

La peur est le pire ennemi du progrès de l'homme. Elle nous permet de vivre longtemps mais dans l'immobilisme

Comores: Le Général Salimou est Non Coupable!

Publié le 07/08/2014 à 18:02 par dafinemkomori

Comores: Réaction à un article d'ARM sur lemohelien

Publié le 07/08/2014 à 17:52 par dafinemkomori
Comores: Réaction à un article d'ARM sur lemohelien

 

"Avoir le droit de désapprouver les lettres ouvertes d'Aboubacar Ben Said Salim"

 

Ah ARM! Ces derniers temps j'ai lu dans certains de tes publications des propos qui me laissent perplexes. Je prends l'exemple de ton article “Avoir le droit de désapprouver les lettres ouvertes d'Aboubacar Ben Saïd Salim” relative donc aux lettres ouvertes adressées à François Hollande par Fundi Aboubacar Said Salim.Je ne crois pas que Professeur Aboubacar Ben Said Salim aurait rechigné à ce que l'on désapprouve ses propos, sinon il ne les auraient pas rendu public dans un blog où le principe est de faire des échanges. Quand tu dis “A quel titre le citoyen Aboubacar Ben Said Salim s'arroge-t-il le droit de dire que François Hollande n'est pas la bienvenue aux Comores?” Je me demande si on n'a pas le droit d'exprimer son opinion ou donner sa position en tant que citoyen par rapport à ce sujet.

 

Il ne parle pas au nom du gouvernement mais à son propre nom en tant que citoyen. Voudriez-vous bien nous donner la source juridique qui empêche un citoyen à donner son opinion? Et encore quand tu dis “A quel, titre le citoyen Aboubacar Ben Said Salim... Au nom de quoi?”, je dirais que toi même tu as répondu a ces questions en mettant le mot citoyen devant son nom. Et quand tu poursuis en demandant ou en te demandant: “Et si, moi simple citoyen, je dis que le président français, sera accueilli en frère aux Comores ou il n'a commis aucun crime?”. Je me demande s'il ne te revient pas de donner la réponse à ta propre question, mais si tu veux dire que tu n'as pas le droit de donner ton opinion sur cette question, cela te regarde. Si en Droit tu apprends qu'en tant que simple citoyen, tu es assujetti à la mort civile, donc privé de ta liberté d'expression, entre autre peut-être, c'est ton droit de réagir en conséquence.

 

Dans un des extraits que tu as cités, Professeur Aboubacar Ben Said Salim a donné un exemple pour illustrer ses propos, “... au vu des crimes que vous commettez avec la droite française qui a instauré le visa de la mort en 1995, appelé le visa Balladur, qui a causé la mort provoquée par la GESTA-PAF de Mayotte...,”. ARM, voudrais-tu nous faire part de tes exemples illustrant l'innocence de la France? Voudrais-tu bien nous expliquer ce que tu veux dire quand tu déclares tenir “à signaler aux autres comoriens qu'il ne faut pas confondre les causes et les effets”, quand tu dis “autres comoriens” veux-tu dire que le Professeur Aboubacar Ben Said Salim ne comprend rien et qu'il est de ton devoir de le signaler à nous autres pour que nous ne soyons pas emportés par les erreurs de Fundi? Par ce “...je tiens à signaler...”, veux-tu dire que tu détiens la vérité et qu'il est de ton devoir de nous éclairer? Et d'ailleurs, l'effet ne constitue-t-il pas en soi ce qui est produit par une cause?

Bien entendu, je n'en disconviens pas quand tu dis que, “...le mal vivre...” fait partie des raisons qui poussent les comorien des autres îles à vouloir à tout prix se rendre à Mayotte où ils espèrent avoir cette bonne vie qu’ils n’ont pas “... dans un pays pillé par les autorités nationales”, ruiné par la corruption, les détournements des deniers publics, l'impunité, …et tant d'autres maux.

 

Mais si on revenait aux causes et aux effets, le visa Balladur n'est-il pas une cause produisant comme effet la mort de plusieurs centaines de comoriennes et comoriens? Les statistiques nous montrent la progression de la courbe depuis l'instauration du visa Balladur, étant donné que ce visa est difficile à avoir pour certains par manque de moyen, et pour d'autres parce que même en ayant les moyens ils n'ont pas le visa ; à moins que l'on doit attendre que toi, ARM, tu assermentes les auteurs de ces statistiques pour ainsi garantir leurs authenticités.

Sais-tu que des personnes desirant se rendre à Mayotte pour des soins medicaux se heurtent souvent au refus du visa et prennent à contre cœur le kwasakwasa? Quand Fundi Aboubacar Ben Said Salim dit “... au vu des crimes que vous commettez...”, cela n'est-il pas vrai? Relisons ces déclarations faites par des hommes d'état français, que l'on trouve sur la page d'accueil du blog Mlimadji. 1) François Mitterrand : Lors de son voyage aux Comores en 1990, le Président François Mitterrand avait déclaré que “la loi séparant Mayotte des Comores est une loi injuste”.
2) Michel Rocard : lundi 28 janvier 2000, à Washington : “au regard du droit international, l'administration de Mayotte par la France est illégale”. Ce qui est défini comme “injuste” et “illégale” ne s'apparente-il pas à un crime? Déclarer soi-même que séparer Mayotte des autres îles et administrer Mayotte est illégale tout en continuant à y imposer sa loi, en l'occurrence le visa Balladur, cela n'est-il pas un crime? Violer les " Résolutions de l'ONU n° 31/4 du 21/10/1976'' dans lesquelles cette organisation déclare ce qui suit: "1- condamne les référendums du 8 février et du 11 avril 76 organisés dans l'île comorienne de Mayotte par le gouvernement français...'', et ''2- condamne énergiquement la présence française à Mayotte qui constitue une violation de l'unité nationale , de l'intégrité territoriale et de la souveraineté de la république indépendante des Comores.", cela n'est-il pas un crime?

 

ARM, dans ton article publié sur www.lemohelien.com, le mercredi 16 juillet 2014, intitulé “Hamada Madi Boléro, invité spécial du «Journal Afrique» sur la chaîne France 24”, tu dis ceci : “En d’autres termes, aux Comores, ce n’est pas seulement un visa instauré par la France à Mayotte qui tue en haute mer.” Cela ne signifie-t-il pas que le visa Balladur tue? Et là tu ne cites pas Bolero mais il s'agit de tes propres propos.

 Dans une autre publication intitulée : “Les confidences publiques de  Boléro  pour convaincre sur la viabilité de l’espoir aux Comores”, dans laquelle tu as recueilli les propos le 11 juillet 2014, tu poses cette question à Hamada Madi Bolero: “Certains Comoriens vous reprochent votre pragmatisme, qui vous incite à négocier avec la France sur Mayotte, vous accusant d’être un «vendu». Est-ce que ces gens-là ont une Armée pour chasser la France de Mayotte?”. Par là, tu affirmes qu'il est pragmatique. Si cela était pragmatique, qui l'aurait rejeté? A mon avis, c'est par rapport à la démarche suivie ou à la base des résultats de ladite démarche que cela devrait est qualifié de pragmatisme. Est-il pragmatique de privilégier des négociations en dehors des instances internationales, ou est-ce que l'ONU et autres institutions ne sont plus habilitées à s'occuper de cette question? Qu'y a-t-il de pragmatique de tourner le dos aux institutions international es et régionales et négocier en aparté avec la France qui n'a jamais voulu respecter les résolutions des Nations Unies? Et qui parle de l’envoi d'une armée “pour chasser la France de Mayotte?” On n'a pas cette force ARM.

 

Notre force est de passer par l'ONU, l'UE,... ce que Bolero semble ne pas privilégier. Ma foi, n'est-il pas ridicule de faire l’intègre devant les médias qui peut-être savent ou sauront que cette même personne faisait partie de l’équipe qui dirigeait le pays quand la même question a été retirée de l'instance internationale par son parti ? Vers la fin de ta publication tu dis: “On aimerait attendre une telle merveille médiatique...”, eh oui, personne ne peut le nier, c'était une merveille médiatique car Bolero nous a honorés en défendant devant les médias l'intégrité comorienne et je le salue. Il nous a aussi honorés du fait qu'il parle le français avec aisance, ce qui fait partie des choses que tu apprécies dans les propos d e Bolero, contrairement de ce que l'on entend “... de la part des autres hommes d’État comoriens, souvent soporifiques, insipides et falots, dont personnellement j’évite de suivre les interventions à la télévision, tant elles sont ennuyeuses,...”, que tu juges “sans queue, ni tête, ni panache.” Ce n'est pas du tout nouveau quand tu t'attardes sur le niveau d'expression des autres. Mais je me demande si l'on doit parler à la Molière pour prétendre donner son opinion sur un tel ou tel sujet.

L'aisance de Bolero à parler le français fait-il de lui un bon négociateur, un homme franc? Ce qu'il a dit devant les médias ne relève-t-il tout simplement pas de la démagogie et du marketing politique? Quand il était au pouvoir en tant que membre du CRC (je ne sais pas s'il est encore membre), son parti n'a-t-il pas retiré la question de Mayotte de l'ordre du jour de l'ONU?” Tu continues en disant “Mais, ce n’est pas parce que Hamada Madi Boléro a entièrement réussi sa prestation télévisée que ses ennemis institutionnels ne vont pas trouver matière à redire”.

Mais il a réussi à faire quoi de concret ? Devant qui? Devant le journaliste ? Et qu'a-t-il vraiment réussi? A te faire croire devant les médias qu'il défend l'intégrité des Comores alors qu'il est de ceux qui ont retiré la question de Mayotte de l'ordre du jour de l'ONU? C'est à l'ONU que l'on aimerait voir la bravoure de nos dirigeants. Mais soustraire la question des débats et venir par la suite défendre la même question devant les médias, ou est-ce que l'homme va ? Dans le même élan, tu conclues par “Donc, il est attendu du défunt FD et du moribond Comité Maoré qu’ils trouvent dans l’excellente intervention télévision de Hamada Madi Boléro matière à l’accuser,…S’ils ne le font pas, c’est qu’ils ont cessé d’être eux-mêmes.”

Je salue ta constance car tu n'as pas cessé d'être toi-même à travers tes incessantes insultes insensées, dignes d'un écolier, toi qui veux toujours te faire passer pour un éclairé en insérant au milieu de tes articles tu insères des dialogues du genre: X (ARM on a besoin de ton analyse sur tel sujet); ARM (Ne t'inquiète pas je vais m'y mettre), de grâce, un peu de modestie; toi qui n'a pas fait preuve d'honnêteté car cela serait un abaissement de ta part, de reconnaître les mensonges que tu as dit sur Hamidou A Sambaouma qui, le 18 juillet 2014 sur Comores-Karidjapvendza, nous a éclairés sur les déformations que tu as faites à ses propos dans l'article intitulé “Le Général Salim(..)grand invité surprise de la conférence”. Par rapport à Bolero, je perçois en toi un changement de cap car j'ai l'habitude de garder, pour relecture, les articles dont les auteurs me semblent impartiaux et honnêtes, comme toi. Et ma foi, sur Bolero, je dirais que tu soutiens à la fois une chose et son contraire, te souviens-tu que tu as tant dis sur Bolero? Je me demande si tes incohérences, ne vont pas faire perdre à tes lectures cette envie de te lire, toi dont les discours de ceux qui parlent mal le français te donnent envie de vomir.

Je préfère terminer par un extrait de la publication de Monsieur Ahmed Ali Amir dans Alwatan, publié le 01/08/2014 sur la toile par Dafinemkomori:“Ces naufrages ne sont que la conséquence de ce conflit territorial. La France, avec des complicités comoriennes a réussi à soustraire de l’ordre du jour de l’Onu, la question de Mayotte, alors que New York a justement la responsabilité principale de régler les conflits frontaliers et d’assurer la paix entre les Nations. La France qualifie d’intelligents les Comoriens qui admettent que «la culpabilité est comorienne», à médailler les nationaux qui ont «évolués» dans le discours. Ceux qui ont changé de fusil d’épaule ou changé de camp sont glorifiés.”


J'imagine que, si tu te donnes la peine de lire ma réaction, tu vas d'abord comme d'habitude, t'attarder sur l'orthographe, la grammaire, la sémantique, la syntaxe, la ponctuation … pour ainsi t'adonner à tes railleries enfantines, à critiquer le français approximatif des comoriens, (qui devraient peut-être venir apprendre auprès de toi) comme ce que tu dis ici “ces «francophones purs» s’exprimant dans un «français de manioc»”. Je ne suis pas français, je me demande pourquoi j'aurais honte de parler mal une langue qui n’est pas mienne. Je continue à apprendre, sachant que je ne vais pas atteindre le summum du parfait et de l'autosuffisance, comme toi. Mais, devient-on grand parce que l'on a un panier rempli de diplômes, ou plutôt à travers des valeurs telles que les bonnes manières, l'honnêteté, le savoir-vivre, la bonne conduite...? Va savoir!

 


Mohamed Adinane

Comores: reprise du Sommet COI au 23 Août

Publié le 07/08/2014 à 16:15 par dafinemkomori
Comores: reprise du Sommet COI au 23 Août

 

 

L’AND donne le ton!

 

 

 

Les militaires donnent le ton pour le 4ème sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de la COI. Et pour cause, ces derniers ont procédé ce mercredi matin, à la levée des drapeaux des pays membres de la commission, marquant ainsi le lancement des préparatifs du sommet prévu le 23 Août prochain.

 

A moins de deux semaines du sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de la Commission de l’Océan Indien, prévu le 23 Août à Moroni, l’Armée Nationale de Développement donne la couleur en procédant à la cérémonie de la levée des bannières des pays membres de la COI. Depuis le matin de ce mercredi, la couleur comorienne et l’emblème de la commission de l’Océan Indien flottent sur la place de l’Europe, le rond-point jouxtant le Café du Port dans le centre-ville de la capitale. La même cérémonie s’est déroulée au Palais du Peuple où est prévu de se dérouler le sommet.

Ici, les hommes d’Ibrahim Ahmada, chef du corps de l’Armée nationale, ont salué les 6 drapeaux des membres de la région indocéanique avant de les hisser. Pour le lieutenant Soilihi Adam, la « levée des couleurs des pays membres de cette organisation marque le départ des travaux du sommet ». A l’entendre, les travaux, en ce qui concerne la sécurisation des sites et des lieux où devront se tenir les rencontres, mais aussi les hôtels où devront séjourner les délégations, vont se poursuivre jusqu’au terme de l’évènement.

L’après-midi de ce même mercredi, la garde présidentielle est entrée à son tour dans la danse avec la répétition des motoristes qui vont sécuriser et accompagner pour la première fois les cortèges présidentiels.

Initialement prévu au 26 juillet dernier, le 4ème sommet de la COI a été ajourné par le pays organisateur suite au crash au Mali, d’un appareil de la compagnie Air Algérie provoquant la mort de plus 200 personnes dont une cinquantaine de nationalité française. « Un geste de solidarité » explique le palais de Beit-Salam, une décision qui aurait été approuvée par les « paires » du président comorien Ikililou Dhoinine.

 

Maoulida Mbaé -Hzk Presse

Comores- Elections : Que compte faire le Gouvernment?

Publié le 06/08/2014 à 06:16 par dafinemkomori

 

 

L’opposition craint un sabotage du processus électoral

 

 

 

 

 

La sortie hâtive des décrets mettant en place la Commission Electorale Nationale Indépendante et la convocation du collège électoral, soldée par la prestation de serment de 8 des 13 membres, ont attisé la méfiance de l’opposition. Certains leaders politiques, notamment Houmed Msaidie, craignent une décrédibilisation de la CENI et un sabotage de l’élection.

 

Le leader du parti Radhi (opposition), Houmed Msaidié, n’y est pas allé par quatre chemins. Joint par La Gazette des Comores, il a exprimé ses craintes et dénoncé une manœuvre visant à saboter le processus électoral. « La prestation de serment d’une partie des membres de la CENI vient décrédibiliser cet organe », a affirmé Houmed Msaidie qui n’a pas manqué de préciser qu’il revient à la commission électorale de proposer un calendrier et un budget, et non au gouvernement.

« La pression de la communauté internationale va conduire à l’échec. Le président de la République ne peut pas signer un décret sachant que les moyens ne sont pas encore là », a-t-il poursuivi, insistant sur un «piétinement» des lois. Le leader du parti Radhi s’est interrogé sur le « délai très court » dont dispose la CENI pour préparer les prochaines élections dans les meilleures conditions. Même réaction chez un autre membre de l’opposition qui a également laissé entendre qu’on s’acheminait vers une « crise ».

« L’assemblée bafoue les textes pour espérer que les élections n’aient pas lieu cette année et obtenir un prolongement de leur mandat », a-t-il affirmé sous le sceau de l’anonymat. « Il faut maintenant s’attendre à un report des élections jusqu’à 2016 », a-t-il conclu.

Au ministère de l’Intérieur, on estime qu’une partie du travail a déjà été fait. Le ministre chargé de l’installation des institutions, Houssen Hassan Ibrahim, s’est félicité de la mise en place d’un cadre juridique pour les élections et a aussi indiqué que les requêtes de financements ont déjà été adressées aux partenaires, en attendant la finalisation du budget par la CENI.

Plusieurs partenaires auraient déjà confirmé leur appui technique au processus électoral, selon toujours le ministre. « La ligue des Etats Arabes, la République de Chine, l’Union Européenne et la COI ont déjà confirmé leur soutien, ainsi que l’OIF », a déclaré le ministre Houssen Hassan Ibrahim. Et lui de conclure : «il y a pas de crainte. Entre la convocation et les élections (3 mois), il y a assez de temps pour réussir ce processus ».

 

Al-hamdi Abdillah Hamdi  - LGZT

Comores-Elections: La CENI entre en service !

Publié le 06/08/2014 à 06:01 par dafinemkomori
Comores-Elections: La CENI entre en service !

Seuls 8 membres de la CENI ont prêté serment


 

 

Suite à la requête introduite par le député Abdoulfatah Said demandant l’annulation du décret arrêtant la liste des membres de la Commission Electorale Nationale Indépendante, la cour constitutionnelle a déclaré les dispositions relatives à la désignation des membres de l’Assemblée de l’Union, contraires à la loi électorale.

 

Samedi dernier, le député Abdoulfatah Said a déposé un recours à la cour constitutionnelle demandant l’annulation du décret du président de la République, arrêtant la liste des membres de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI). Hier lundi, ces nouveaux membres devaient prêter serment mais ce ne fût pas le cas.

La haute cour a décidé d’examiner la requête du député Fatah avant de se prononcer. Dans la forme, cette haute cour a jugé recevable le recours du député Fatah. Sur le fond, elle estime que la procédure incriminée est irrégulière. Après délibération, la cour constitutionnelle a jugé les dispositions relatives à la désignation des membres de l’Assemblée de l’Union, contraires à la loi électorale.

« Nous étions saisis d’un recours du député Abdoulfatah Said sur le décret arrêtant la liste des membres de la CENI. On a choisi de l’examiner avant de passer aux prestations de serment. Nous avons constaté que les dispositions utilisées pour désigner les membres de l’Assemblée de l’Union n’avaient pas été respectées. Par contre, pour les autres, il n’y a pas de problème», déclare Loutfi Soulaimane, le président de la cour constitutionnelle.

A l’audience, la cour constitutionnelle a procédé à la prestation de 8 des 13 membres composant la CENI. Il s’agit des 5 membres désignés par le président de la République et 3 membres des gouverneurs des îles. « Nous allons faire une triple élection et nous serons là encore en 2016 pour les présidentielles. Nous devons faire le travail bien comme il le faut », lance Said Mze Dafine, un des membres désignés par le chef de l’Etat, issu du groupe des 5 (une coalition de partis d’opposition).

De son côté, le grand Mufti a tenu à mettre en garde ces nouveaux membres de la CENI. « Vous avez une lourde tâche à accomplir. Vous allez être les grands responsables de cette triple élection. S’il y a une chose qui ne va pas, vous en serez les seuls responsables », prévient-il.

Après délibération de la haute juridiction, le député Abdoulfatah Said estime que c’est une victoire. « J’avais visé le décret entier. Aujourd’hui, ils ont incriminé les procédures suivies par l’Assemblée de l’Union, c’est une grande victoire pour moi car c’était le combat principal. Mais j’espère que la suite viendra après », déclare-t-il. Lors de la prestation de serment des 8 membres de la CENI, le président de la cour a annoncé un nouveau recours déposé par la société civile pour contester la désignation de leur membre par le chef de l’Etat.

 Mohamed Youssouf - Hzk Presse

 

Comores: Encore une panne sèche maquillée

Publié le 04/08/2014 à 19:15 par dafinemkomori

 

Produits_petroliers

Carburant: Livraisons ralenties par des pannes de camions!

 

Vendredi et samedi, l’île de Ngazidja, notamment la capitale Moroni, s’est trouvée avec de longues files de véhicules devant les stations-services. La raison? Une rumeur de pénurie de carburant. Ainsi, la crainte d’une nouvelle pénurie des produits pétroliers à Moroni a réveillé les mauvais souvenirs de 2008, où les trajets se faisaient à pieds.

Interrogé sur cette situation, le directeur de la société comorienne des hydrocarbures (Sch) a rassuré que la société ne traverse pas une rupture de stock. «Il y a moins d’un mois depuis que nous venions de commander les hydrocarbures, donc nous n’avons pas de problèmes liés aux stocks», a insisté Aboubacar Mzé Cheikh.

Selon le directeur de la Sch, les files d’attentes observées auprès des stations-services ces derniers jours ont pour origine l’état des camions-citernes qui assurent la livraison des produits. «Nos camions citernes sont en panne, ce qui ralentit les livraisons», a-t-il affirmé.

Selon les responsables de la Sch, la priorité sera accordée à la livraison de l’essence et du gasoil pendant la période où les véhicules de la société resteraient indisponibles. Car, à en croire Aboubacar Mzé Cheikh, le manque de ces deux produits entraine les files devant les stations. «Nous avons voulu réduire les files d’attentes devant les stations, par conséquent, nous avons momentanément suspendu la livraison du pétrole lampant. A l’heure actuelle où toutes les stations services ont été ravitaillées en essence et en gasoil, nous allons reprendre la livraison du pétrole lampant», dixit le patron de la Sch.

Et pour revenir dans la normalité, la direction s’est également lancée dans une opération de réparation de ses véhicules de ravitaillement. Note inquiétnte, sur les cinq camions de livraison dont dispose la Sch, trois sont vétustes.

Selon le patron des lieux, pour mieux assurer les livraisons des produits pétroliers, un sixième camion-citerne vient d’intégrer le parc automobile de la Sch, ce qui fait que le nombre des véhicules opérationnels sont actuellement trois au lieu de deux. «L’achat de ce camion-citerne a pour but d’améliorer une situation qui est déjà difficile car trois véhicules de livraison sont largement insuffisants pour ravitailler l’île toute entière». Sur cet aspect, Aboubacar Mzé Cheikh a déploré le fait que jusqu’au jour d’aujourd’hui, la société s’est rarement investie dans l’achat de camions de livraison.



Mariata Moussa -  Alwatwan

Election de 2014: Et le Top est donné par le Président!

Publié le 04/08/2014 à 16:24 par dafinemkomori

 

 

Les électeurs sont convoqués aux urnes le 2 novembre


 

 

Quelques heures avant de s’envoler pour l’extérieur, le président de la République a signé samedi 2 août dernier un décret portant convocation du corps électoral en vue de l’élection des représentants de la Nation, des Conseillers des iles et des Conseillers municipaux. Selon l’article 2 de ce décret, le 1er tour de l’élection des députés ainsi que l’élection des Conseillers des îles et des Conseillers municipaux auront lieu le dimanche 2 novembre 2014.

 

Le second tour du scrutin aura lieu le dimanche 16 novembre. Comme le prévoit la constitution comorienne de 2001, révisée en 2009, ce double scrutin sera organisé sur l’ensemble du territoire national au suffrage universel direct, à caractère uninominal majoritaire deux tours (pour les députés), et à un tour (pour les Conseillers des îles). Par contre il sera uninominal à la proportionnelle à un tour pour les Conseillers municipaux.

La campagne électorale sera officiellement ouverte pour le 1er tour le 4 octobre 2014 (représentants de la nation et Conseillers des îles) et le 30 octobre 2014.
Pour l’élection municipale, les candidats sont autorisés à entrer en campagne le 4 octobre et le 14 novembre 2014.

 

La gazette

Elections de 2014; Acte N°1, contesté par les Politiques!

Publié le 04/08/2014 à 09:11 par dafinemkomori
Elections de 2014; Acte N°1, contesté par les Politiques!

La CENI, vivement contestée par les partis politiques


 

 

Le président de la République vient de sortir un décret arrêtant la liste des membres devant constituer la Commission Electorale Nationale Indépendante. Mais cette nomination est vivement contestée par les partis politiques qui parlent d’une violation de la loi.

 
Le président de l’Union a signé le 25 Juillet dernier, un décret arrêtant la liste des membres de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI). Le décret confirme les cinq membres titulaires désignés par le chef de l’Etat, les membres choisis par le bureau de l’Assemblée nationale dont trois de la majorité et deux de l’opposition et les membres désignés par les gouverneurs des îles autonomes.

Mais cette liste est déjà vivement contestée par les partis d’opposition, notamment le RADHI. Joint au téléphone par La Gazette, le leader de ce parti reste convaincu que la loi électorale a été violée. « Nous saluons enfin la mise en place de la CENI qui a pris mis du temps. Toutefois, on note que l’esprit de la loi garantissant un scrutin libre, démocratique et transparent n’a pas été respecté. C’est la lettre de la loi qui a été violée puisque les équilibres politiques au sein de l’Assemblée de l’Union ont été superbement ignorés par le président de l’Assemblée ainsi que ses vice-présidents. Seul le président de l’Union a fait preuve de générosit en nommant un membre de l’opposition dans cette instance », déclare Houmed Msaidié, leader du parti RADHI.

Cet ancien ministre parle d’un déséquilibre politique total dans la composition de cet organe chargé de superviser les prochaines élections. « Le déséquilibre politique est manifeste lorsque le gouvernement, l’Assemblée nationale et les exécutifs des îles ont préféré encore une fois se faire des petits cadeaux alors que la plupart de ceux qui dirigent ces instances vont être, demain, candidats. Cette image reflète aussi l’image actuel de la Cour constitutionnelle où on continue de désigner des amis », accuse-t-il. Il ajoute aussi que « c’est encore l’apparat qui gagne et non l’esprit et la lettre d’une loi qui devraient rassurer les uns et les autres quant à la sincérité des prochains scrutins ».

L’Orange, parti de la majorité présidentielle, désapprouve aussi la liste des membres composant la CENI et a décidé de porter plainte auprès de la cour constitutionnelle. « On conteste la manière dont la CENI a été mise en place. C’est pourquoi nous allons nous diriger vers la haute cour », lance Hassane Massoundi, président du Conseil de l’Ile Autonome de Ngazidja, issu du mouvement Orange.

Le groupe de 5, composé des partis Chuma, ANC, Dudja, Ridja et APSI a mentionné la bonne volonté du chef de l’Etat en nommant un des leur à la CENI. « Il semblerait qu’il y ait eu des problèmes à l’Assemblée de l’Union. Mais nous restons persuadés que la loi sera respectée », avance à son tour Mahamoudou Ali Mohamed, leader de l’ANC parlant au nom de cette coalition qui se réclame de l’opposition. Il soupçonne la majorité des membres de la CENI d’appartenir au régime actuel.

Mohamed Youssouf -LGZT

 

 

Composition de la CENI


Dans le décret arrêtant la liste de la CENI, le président de l’Union a désigné 5 membres titulaires et leurs suppléants. Il s’agit de Ahmed Zainab, Mze Dafine Said, Djaza Ahmed Mohamed, Nadjahe Allaoui et Mahoulida Saodiki. Le bureau de l’Assemblée de l’Union a désigné cinq membres à son tour dont trois de la majorité et deux de l’opposition. Pour la majorité, il s’agit de Soilih Abdallah Mohamed, Hamdani Ahamada et Soumaila Kaambi. Mariama Massoundi et Moinaecha Mroudjae pour l’opposition. Enfin, trois membres pour les îles. A Ngazidja, il s’agit d’Ali Mohamed Youssouf. A Mohéli, il s’agit d’Ali Toibibou Abousoiri. En pour Anjouan, il s’agit de Latuf Abdou.

Facebook: Les Comoriens seraient des arnaqueurs!

Publié le 01/08/2014 à 19:28 par dafinemkomori


COUP DE GUEULE 

 

LE COUP DE GUEULE

 

 

Le journal mauricien EXPRESS a publié un article qui fait beaucoup réagir sur la toile et plus particulièrement sur le réseau social Facebook. Pour cause, le quotidien en ligne accuse des comoriens d'être à l'origine d’arnaques sur le réseau social Facebook à l'encontre de nombreuses mauriciennes dont trois auraient porté plainte. Pour étayer son accusation, la rédaction du quotidien s'appuie notamment sur le nom de profil du présumé escroc : Abdoulhalim Mohamed.
La réaction d'Irchad Abdallah, l'un des facebookeurs de la sphère comorienne le plus suivi sur le réseau social, n'a pas tardé. Extraits.    

 
 
Mon coup de gueule à ce torchon publié par L'EXPRESS.MU
« Il existe plus de ABDOULHALIM MOHAMED au Nigéria, en Indonésie ou au Pakistan pour ne citer que ceux-la, qu'aux Comores. Si c'est le seul élément (nom comorien) utilisé par ce canard pour argumenter son chiffon, je tiens à leur dire que c'est très léger et surtout très idiot.

Ensuite, qu'ils sachent que les paiements, transactions et autres opérations bancaires électroniques sont quasi-inexistantes aux Comores. Alors je me demande comment, dans un pays comme le notre, ce média peut-il aussi bêtement et gratuitement titrer son billet avec autant de racolage? Ont-ils enquêté? Ont-ils localisé les adresses IP?
Par contre, moi je n'en connais qu'un de mauricien du nom de HASHLEY qui a arnaqué les Comores dans les années 90 en s'évadant avec la caisse de la compagnie nationale. »

Irchad Abdallah


Ci-dessous l'article incriminé suivi du commentaire adressé à la rédaction par Irchad Abdallah.
 

COUP DE GUEULE
Escroquerie via Facebook: après les Nigérians les Comoriens
Facebook semble regorger d’escrocs en tout genre et de victimes crédules. Après les escrocs nigérians, qui utilisaient e-mails et téléphones portables pour arnaquer leurs victimes, ce sont cette fois des Comoriens qui soutireraient de l’argent à des Mauriciennes. Leur modus operandi: ils ajoutent leur future victime à leur liste d’amis, parviennent à la séduire et lui promettent de lui envoyer un colis… Mais pour cela, il faut que la femme donne son numéro de compte bancaire.

Au moins trois Mauriciennes ont eu affaire à eux. Elles tentent maintenant de mettre en garde les autres Mauriciennes en se servant de l’outil même qui a servi à les piéger, Facebook. L’une d’elles s’est rendue à la police. Mais difficile de porter plainte contre un profil Facebook…

Un des escrocs répond au nom de Abdoulahalim Mohamed, à en croire le profil Facebook utilisé. Mais une petite recherche sur la Toile et sur le réseau social indique que c’est un nom très utilisé aux Comores. Il y a plusieurs dizaines de comptes Facebook à ce nom.

Ce prétendu Abdoulahalim Mohamed serait parvenu à séduire une jeune femme et à la convaincre de lui refiler son numéro de compte bancaire. Il a promis de lui envoyer un colis mais a argué qu’elle devait lui donner son numéro de compte, sinon le colis serait bloqué à son arrivée à Maurice.

La victime a réalisé, mais trop tard, qu’elle avait fait une erreur. Elle a alors averti sa banque de veiller sur les transactions suspectes. Certains de ces escrocs comoriens tenteraient aussi de faire chanter les femmes qui auraient pris du bon temps avec eux.

D’autre part, plusieurs cas de piratage de comptes Facebook et d’usurpation d’identité ont été répertoriés par le Cert-MU, l’agence du gouvernement en charge de la cybersécurité nationale. Des escrocs créent des profils Facebook en utilisant les noms de personnalités pour piéger des internautes. Kailash Purryag et Lindsay Morvan font partie des personnalités politiques dont l’identité a été usurpée sur le réseau social.

Le piratage de comptes est le premier délit informatique à Maurice, il représente environ 40 % des plaintes déposées par des victimes.

L'EXPRESSE.MU
 

EN REPONSE A VOTRE TORCHON (Irchad Abdallah)
Vous n'êtes pas sans savoir que pour créer un vrai ou faux compte Facebook, on ne vous demande pas votre pièce d'identité encore moins votre certificat de nationalité. Ensuite argumenter sa charge juste en ayant visualisé quelques comptes Facebook avec des soi-disants patronymes très prisés chez les comoriens relève plus de la mauvaise foi que du journalisme.

Pouvez vous nous confirmer avoir localisé les adresses IP des contrevenants? Je suis sure que non puisque, je vais vous l'apprendre, aux Comores, les transactions bancaires électroniques sont inexistants. Je vous demanderais donc de retirer votre chiffon et surtout de respecter ce métier noble qu'est le journalisme.

(commentaire de Irchad Abdallah laissé sur le site de l'expresse.mu)
 
 
 

Mondanités: Le Marabout Marocain

Publié le 01/08/2014 à 18:44 par dafinemkomori
Mondanités: Le Marabout Marocain
 
Croire ou ne pas croire n'est plus ma question!
 
 


Par curiosité j'ai suivi un groupe de touristes Européens à la recherche des mystères et des solutions autres que la médecine moderne pour guérir leurs maux.
Une grande salle sombre aux grandes portes vêtues de vieux rideaux tissés aux couleurs rouge feu et jaune ocre , une forte odeur d'encens brûlé et un accueil qui est égal au lieu.


- "Marhaban bi kum" , entrez ..... formules de politesse et massacre du Français surtout quand il s'agit des verbes pronominaux.

Chacun y passe et mon tour est arrivé. "Missier Ti viens ici" , avec une telle autorité qu'on ne peut qu'obéir.

Il prend ma main et commence à me dire en Arabe des choses plus ou moins vraies :

"Vous êtes père de trois enfants dont deux filles et un garçon" etc etc et je vous passe des détails. Étonnant car à 99% de son discours est vrai.  Et pour solutionner mon problème qui n'est autre que beaucoup de "HUSUDA" dans le corps, je devais lui ramener un coq qui a mon poids; Comprenez le plus gros du marché et des plantes , de la terre du cimetière des "shahid" oui des gens morts dans la guerre ou autrement que naturellement. Avec son guide on est allé tout acheter.

- Comment vous vous appeler ?
- Abdulanfour, je lui répondis
Il s'est énervé et m'a demandé de quitter son cabinet car je suis un "KAHAB" , oui un menteur. "Ce n'est pas ton nom, tu as menti"!

"Mtrume" je commence vraiment à croire à ce Marabout. J'implore le pardon qu'il accepte avec difficulté et on recommençait la séance cette fois sans aucun mensonge.

 "Déshabillez vous"! ok, je garde mon caleçon et il me dit face au "kibla" vers la Mecque et sans rien me dire commença à me frapper avec le coq sur mon dos jusqu'à ce qu'il meurt sur les coups et mon dos en feu tel Kounta Kinte dans Racines d Alex Halley.
Et me tenant sur mes deux pieds il me fit asseoir sur un petit banc en peau de bête et m'induisait d'huile de Nigelle noire sur mon dos. Son assistant ouvrit l'estomac du coq et le gésier tout noir renfermait plein de trucs bizarroïdes comme la tête d'un lézard, un petit clou rouillé...etc.  Et il me felicita en me disant que j'étais envoûté et rempli de "SIHR" ......

Franchement vous pouvez ne pas me croire mais comme par hasard je me sens autre et très bien dans ma peau.

Croire ou ne pas croire .ce n'est plus ma question ....

Une famille Anglaise passée après moi avec leur fille en est ressortie émerveillée et par curiosité je voulais savoir pourquoi. Ils m'ont dit tout simplement:

 "He is too mutch , realy we can't beleve it"

Cette histoire me laisse perplexe et convaincu d'une chose : Je baigne dans la confusion et je porte un "HIRIZI" autour de mon bras au cas où vous le verrez sur moi...

Comme quoi je n'ai pas fini d'apprendre.
 
Amir Bobah
  Amir Bobah  - ABFB

DERNIERS ARTICLES :
Comores-Elections: Un Fichier Electoral Minimal
  Dr Tadjiri du parti Chuma critique le fichier électoral     Dr Tadjiri Ahamada, vice-président du parti Chuma, conteste le fichier électoral publié par la CENI. Un do
Comores-Elections: Quelle pièce à avoir pour voter?
Pour une fois ça me dépasse     Pourquoi ne pas recourir/se fier à la base de données biométrique qui sert déjà à l'élaboration des cartes d'identité nationale et des pas
Comores-Elections: Les Partis prêts à engager la bataille
    Le parti Dudja est dans la course   Le président du parti Dudja, Mzé Soule El-Bak, a tenu une conférence de presse hier à Moroni pour confirmer les candidatures de
Comores: 4 QUESTIONS À MSAIDIE Par IRCHAD
  Moi:M. Houmed Msaidié bonjour bienvenu aux 4 Questions.   M. Houmed Msaidié:Bonjour Irchad. Merci de m'avoir invité.   1)-Moi: Vous venez d'effectuer une tournée en Fra
Comores-Elections: Travailler de façon coordonnée
  Ouverture d’une formation « leadership et gestion des conflits pour les acteurs électoraux »   Les acteurs électoraux du pays sont en formation en « leadership et g
forum