COMORES - KARIDJAPVENDZA
Rien ne sert de courrir,il faut partir à point.Ko kali kali litso hutswa ko male male yatsona ntsa.

Thèmes

afrique amis amitié amour annonce article 2010 argent background blog bonne

Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· Actualités Comores et Monde (537)
· Assalam anleykum!!! (1233)
· Billets d'humeur (39)
· Blague à part (51)
· Chronique sur Qui est Qui (31)
· Crash A 310 de Yemenia : (45)
· Dialogue Inter Institutions (10)
· Dossier à classer au cas par cas (3)
· Elections Harmonisées 26 Déc 2010 (111)
· Entre l'Union et les Iles des Comores (25)
· Femme, je vous aime. (13)
· Feuilleton DAFINE SG Gouv Ngazidja (19)
· Général Salimou Mohamed Amiri (121)
· Gouvernements (16)
· Le panier de délices (10)
· Législatives 2009 (38)
· Les Comores en Images (20)
· Libre opinion (344)
· Sports Jeunesse et Culture (127)
· Trois Questions à:... (32)

Rechercher
Derniers commentaires

vive la chine
Par Anonyme, le 26.08.2014

en tout cas la chine est celui qui a compris depuis que les comores ont du pétrole. le jour où elle demandera
Par Houssam, le 26.08.2014

il faut se lamenter soi-même en tant qu'africain et se demander d'ailleurs pourquoi nous sommes tomber dans ce
Par Hassani, le 26.08.2014

c'est un franc parler qui décrit la réalité des faits. c'est aux dirigeants africains de cesser leur comportem
Par IZOKWELI, le 26.08.2014

il a fait quoi ce vieux loubard aux africains mis à part ce bobard?
Par Nissoit, le 25.08.2014

Voir plus

Articles les plus lus

· Mondial 2014: Cristiano Ronaldo bombarde Israël !
· Comores: A l'heure de la pierre taillée par un ordinateur!
· Feuilleton DAFINE SG Gouv Ngazidja - Episode 4.
· J.O-2012: Un journaliste de TF1 écorche les Comores
· Feuilleton DAFINE - Episode 13

· Dossier: Farid Soilihi, candidat de la Diaspora.
· Marseille : Le comorien Abdallah tué et un autre blessé
· Feuilleton DAFINE SG Gouv Ngazidja - Suite.
· Chronique du Weekend: Sexe et Islam!
· Comores : Résultat du Baccalauréat 2014
· Comores: Dossier du crash du vol Inter iles
· Comores:''Tsi tsehe''de Salim Ali Amir est un chef d'oeuvre!
· Comment créer une entreprise aux comores?
· Comores au Féminin
· Comores : Trois Questions à Irchad Abdallah

Voir plus 

Abonnement au blog
Recevez les actualités de mon blog gratuitement :


Blogs et sites préférés

· Albalad
· Alwatwan
· comoresannonces
· La Gazette des Comores
· mpc
· Pitcha- Images d'évènements
· Poesie Coquine
· ridja
· watwan


Statistiques

Date de création : 24.05.2009
Dernière mise à jour : 26.08.2014
2987articles


Images
Ne crains rien! Avance!

La peur est le pire ennemi du progrès de l'homme. Elle nous permet de vivre longtemps mais dans l'immobilisme

kmr img
295186_260201700674681_100000545599263_983404_7059038_n1.jpg
Mrv
293753_260079390686912_100000545599263_982789_769745_n1.jpg
Coco
47538_1640708343884_1422077607_3528344_2557318_n2.jpg
Ceolacanthe
40746_1433753040601_1136187519_31010257_1099321_n.jpg
Hambou
24667_110628618977425_100000908613042_71549_7140444_n.jpg
Emblêmes
268330_128368983915164_100002261902802_229612_6793978_n.jpg
Nyamawi
25645_1274167407444_1027687165_30710221_7195975_n1.jpg
Madaba
421712_10150616904274669_525754668_10825049_2030261694_n2.jpg
Medina Mutsamudu
2010-04-03-port_medina_mutsamudu1.jpg
CJSOI 212
381963_348034321873701_100000014090169_1524613_1516000214_n1.jpg
Moroni
386199_10150433397058393_686943392_8615217_869364327_n1.jpg
Labeur
393433_288289987877953_100000908613042_891221_636484679_n1.jpg
Obscur
396611_2260731818350_1850079923_1499283_1933207080_n1.jpg
SAGC
DSC00566.jpg
Conteurs
DSC00757.jpg
Athl-Beit Salam
Athl-beit.jpg
Wadaha
DSC00374.jpg
escalator
294015_267575319937319_100000545599263_1011886_5898034_n1.jpg
Côte
2672617572_small_11.jpg
Etandard
CJSOI-blog.jpg
canon
301073_270670332961151_100000545599263_1024132_7252160_n1.jpg
Edif
404335_10150661077709669_525754668_10953705_1006847332_n2.jpg
Moderne
263746_2266167060075_1425501882_2708155_4602013_n1.jpg
Banane
206042_2121754096841_1635497046_2165223_1354852_n2.jpg
SAGC
2678792342_11.jpg
Tournante
2722061298_11.jpg
Billard
418950_10151285296515271_771145270_23208492_1756182081_n1.jpg
Moroni
400253_10150661704049669_525754668_10955407_730662496_n1.jpg
Dzialandze
422509_10150637051644669_525754668_10886703_712401189_n1.jpg
Plage
423841_10150637049709669_525754668_10886697_1043745098_n1.jpg
Kalaweni
318435_267564856605032_100000545599263_1011803_3375710_n1.jpg
Tortues
423705_368565379838312_100000545599263_1341699_654929672_n1.jpg
Côtes Comores
424336_368581006503416_100000545599263_1341725_275173771_n1.jpg
Comores
425467_374473485914168_100000545599263_1355756_679167970_n2.jpg
Lac
418039_368540589840791_100000545599263_1341662_1106249726_n1.jpg
Scène de pêche
419280_368575586503958_100000545599263_1341716_373000734_n1.jpg

Comores: Faite la politique pour le reste il y a la Chine

Publié le 26/08/2014 à 12:54 par dafinemkomori
Comores: Faite la politique pour le reste il y a la Chine

 

 

La Chine offre 6 milliards pour un stade de 10.000 places

 

 

 

 

 

L’ambassadeur de Chine à Moroni, Xiao Ming et le gouvernement comorien, représenté par le ministre des Relations extérieures ont signé un nouvel accord de coopération qui comprend la construction d’un stade international de 10.000 places, à hauteur de 6 milliards de nos francs et un appui de 300 millions pour la protection de la forêt.

 

La Chine a annoncé une aide de 6 milliards de francs pour la construction d’un stade international de 10.000 places à Moroni, a-t-on appris au cours de la signature d’un nouvel accord de coopération économique et technique entre les Comores et la Chine, hier matin. « Une aide financière sans contrepartie (...) au profit du peuple comorien », a insisté l’ambassadeur de La République populaire de Chine, Xiao Ming.

Selon le ministre comorien des Relations extérieures, El Anrif Said Hassane, ce projet comprendra un stade, une piste de 400m, des tribunes de 10 000 places, un parking, divers logements et plusieurs autres installations. « Ce stade pourra, nous l’espérons, accueillir les jeux régionaux de 2019 », a déclaré le ministre comorien, tout en soulignant que « cette aide témoigne de la vivacité de notre coopération avec la Chine ».

« J’espère que ce stade permettra aux Comores, et particulièrement à la jeunesse de s’épanouir sur le plan sportif, et de favoriser le rayonnement du pays dans le domaine du sport au niveau régional et mondial », a affirmé le diplomate chinois dans son discours.

L’ambassadeur Chinois et le ministre comorien des Relations extérieures ont également échangé des lettres, relatives au financement d’un projet sur la protection des forêts à hauteur de 300 millions de francs afin de « permettre aux Comores de mieux gérer son environnement et des ressources naturelles, et mieux relever les défis dus au changement climatique universel ».

L’ambassadeur chinois à Moroni a aussi annoncé la tenue de la 6ème conférence ministérielle du forum sur la coopérative sino-africaine l’année prochaine en Chine. « Je suis confiant que dans ce cadre-là, les relations de coopération amicale entre nos deux pays seront renforcées et amplifiées encore davantage », a soutenu Mr Ming. Et lui de poursuivre : « J’ai la conviction que sur la base solidement jetée et constamment consolidée grâce aux efforts déployés de part et d’autres, nous pouvons explorer ensemble du nouveau créneau de coopération dans la complémentarité mutuelle, et ce toujours au profit du bien-être de nos deux peuples ».

 

Al-hamdi Abdillah Hamdi - Lgzt



France: Nous avons saigné l'Afrique pendant 4 siècles !

Publié le 25/08/2014 à 07:42 par dafinemkomori
France: Nous avons saigné l'Afrique pendant 4 siècles !
Le Président Français Jacques CHIRAC confessait publiquement
 
 
«Après leur avoir volé leur culture, on leur a volé leurs ressources, leurs matières premières en se servant de leur main-d'oeuvre locale.

On leur a tout piqué et on a répété qu'ils n'étaient bons à rien. Maintenant, c'est la dernière étape : on leur pique leurs intelligences en leur distribuant des bourses, et on persiste à dire de ceux qui restent : 'ces Nègres ne sont décidément bon à rien' ...»
 
Jacques Chirac, à propos des africains, entretien avec Pierre Péan, L'inconnu de l'Elysée, Fayard, 2007.



« Nous avons saigné l'Afrique pendant quatre siècles et demi. Ensuite, nous avons pillé ses matières premières ; après, on a dit : ils [les Africains] ne sont bons à rien.

Au nom de la religion, on a détruit leur culture et maintenant, comme il faut faire les choses avec plus d'élégance, on leur pique leurs cerveaux grâce aux bourses. Puis, on constate que la malheureuse Afrique n'est pas dans un état brillant, qu'elle ne génère pas d'élites. Après s'être enrichi à ses dépens, on lui donne des leçons »

Jacques Chirac, propos tenus en marge du sommet France-Afrique de janvier 2001 au Cameroun, rapportés par Le Monde, 13 février 2007.
 
 
 
 

Comores: Enfin la méritocratie s'inaugure !

Publié le 25/08/2014 à 07:22 par dafinemkomori
Comores: Enfin la méritocratie s'inaugure !

 

"Tout ce que nous entreprenons vise des résultats bien précis"

 

Le Gouverneur Anissi vient de confirmer le remplacement de 11 directeurs de son administration à l’issu de la revue semestrielle de l’action de l’Exécutif de l’île du 04 au 09 Aout 2014. Monsieur Housni Abdou Madi, alias « Housni Mjamaoué », Secrétaire Général Adjoint de l’Exécutif a accepté de commenter de cette décision en répondant à nos questions.

 

Q : Quels sont les résultats de l’organisation de la revue semestrielle de l’Exécutif du 04 au 09 Aout dernier ?

SGA Housni: La revue nous a permis de prendre connaissance de plusieurs limites de notre chaine de coordination de l’action gouvernementale, mais surtout à révéler que les mêmes difficultés des uns et des autres mises en évidence en novembre 2013 puis en mars 2014, persistent. Nous avons pu aussi apprécier à juste titre les progrès faits par les différents départements dans l’appropriation des outils de la planification-suivi-évaluation des Plans de Travail Annuel de l’Exécutif. Des réalisations concrètes ont été effectivement annoncées, il n’en demeure pas moins que le Chef de l’Exécutif de l’île s’est déclaré non satisfait des résultats obtenus, beaucoup reste à faire pour répondre aux ambitions qu’il a fixé à son Exécutif.  

 

Q : La décision de suspendre 11 directeurs au niveau de l’île est-t-elle une recommandation que vous avez soutenue en tant que principal animateur des travaux de la revue ?

SGA Housni : Non, le rapport du Comité Technique de la Revue n’a proposé aucun remplacement de directeur, par contre nous avons traduit fidèlement et objectivement nos observations et critiques vis-à-vis des différents responsables insulaires. Nous avons aussi insisté sur le besoin d’une redynamisation des acteurs en charge de la programmation-planification-suivi-évaluation de l’action gouvernementale de manière à renforcer nos capacités à piloter les actions de l’ensemble des commissariats.    

 

Q : Faut-il s’attendre à d’autres remplacements de directeurs dans les semaines qui viennent, en somme y-a-t-il une 2e et 3e liste ?

SGA Housni: La logique voudrait que ça soit le cas. Maintenant, seul l’auteur de la liste, en l’occurrence le Gouverneur de l’île, pourra vous confirmer cela. Je crois que ce qu’il faut retenir de cette décision c’est plutôt l’importance et la finalité de l’acte et non la décision du remplacement des directeurs en tant que telle. C’est pour cela que je suis convaincu que cette mesure ne se limitera pas aux Directeurs mais s’élargira certainement à d’autres responsables tels que les Secrétaires Généraux des Commissariats voire même les Commissaires.  

 

Q : Quel est donc le but et l’objectif de l’Exécutif dans cette démarche de remplacement des directeurs ?

SGA Housni: A analyser de prés les derniers discours du Gouverneur Anissi, celui de la clôture des travaux de la revue en particulier, j’ai compris que cette démarche est animée par trois termes qui lui tiennent à cœur : Mérite, Performance, Résultat. Le premier terme renvoi au principe de mettre la personne qu’il faut à la place qu’il faut, ce qui explique l’appel à candidature interne lancé pour la désignation de nouveaux directeurs, une première dans notre pays. La performance comme principe d’évaluation et d’appréciation de l’action des acteurs des différents départements, ce qui expliquerait sans doute pourquoi seuls 11 directeurs sont visés par cette mesure et non l’ensemble des directeurs sachant que certains autres maintenus n’ont pas eu de mention pour ce qui s’est apparenté comme un examen mi-annuel. Enfin, le résultat qui demeure la lance de fer des initiatives du Gouverneur Anissi, tout ce que nous entreprenons vise des résultats bien précis, notre problème reste celui d’être assez ingénieux pour proposer les activités à même de nous garantir ces résultats et notre capacité à mobiliser les moyens nécessaires pour y arriver. C’est là tout l’enjeu et le défi qui se présentent à nous.      

 

Q : Monsieur le SGA, pour finir, quelle est la prochaine étape ?

SGA Housni: Nous avons l’obligation d’améliorer nos procédés de coordination de l’action de l’Exécutif pour mieux accompagner la concrétisation des grands chantiers du Gouverneur de l’île. Nous allons donc rapidement conclure nos négociations avec le Commissariat Général au Plan pour mettre en œuvre un plan de renforcement des capacités des acteurs en charge de la planification de l’action gouvernementale. Ensuite, nous organiserons dans les jours qui viennent un atelier de réflexion sur la programmation, la planification et l’évaluation de l’action gouvernementale pour mieux apprécier les résultats obtenus en prévision de la revue annuelle prévue en Décembre 2014. En parallèle sera organisée une grande concertation pour l’adoption de la marche à suivre pour l’élaboration et la validation des prochains Plans de Travail Annuel au titre de l’année 2015. Enfin, nous attendons impatiemment la validation officielle du Plan d’Action Prioritaire - PAP de la Stratégie de Croissance Accélérée de Développement Durable – SCADD 2015/2019 pour adopter notre Plan de Développement Intégré de Ndzuwani pour la même période.  

 

Source: Alfadjr

Sommet-COI : Ils se parlaient mais ne s’écoutaient point !

Publié le 23/08/2014 à 20:30 par dafinemkomori
Sommet-COI : Ils se parlaient mais ne s’écoutaient point !

 

 Le Président Comorien a pris le taureau par ses cornes

 

 

Après des réglages méticuleux sur l’aménagement de la capitale, du ballet diplomatique et protocolaire, des accueils présidentiels en fanfare et des aspects sécuritaires, les Comores faisaient face à la dernière ligne droite du défis énorme de son histoire; celui d’organiser le 4ème sommet des Chefs d‘Etat et de Gouvernement des pays de la sous-région de l’Océan Indien. Le Président malgache est arrivé à Moroni depuis la veille, pendant que le Seychellois, le 1er Ministre Mauricien et le Président français qui représente l’île de La Réunion sont arrivés tôt ce matin du 23 août, jour de l’évènement. Ils ont tous eu un accueil exceptionnel dès leur descente d’avion, reçu par leur hôte comorien le Dr. Ikililou Dhoinine.

 

Le président français qui séjournait dans la région, à La Réunion le jeudi puis à Mayotte vendredi laissait entendre dans cette île comorienne que Mayotte est pleinement française et que les comoriens ne peuvent plus continuer à la revendiquer. La situation devenait ainsi plus compliquée pour son homologue comorien qui l’attendait plutôt conciliant mais pas emporté sur cette question du contentieux territorial franco-comorien.

 

Le Président Ikililou Dhoinine avait donc le choix entre amadouer son invité ou lui parler franchement sur une question d’importance vitale. Les Comoriens attendaient tous ce moment de vérité.

C’est ainsi que dans un discours bien taillé, le président comorien a pris le taureau par les cornes dans un langage cru,en appelant le président français à mettre tout en œuvre pour aider à mettre fin aux milliers de morts entre Anjouan et Mayotte de personnes qui sont dans leur droit le plus élémentaires, celui de la libre circulation des personnes. Il n’a pas manqué de prendre à témoins ces autres homologues  de la COI en stipulant :"J’espère pouvoir vous convaincre d’engager l’organisation dans une démarche commune dans le but de mettre fin à un drame humain qui détruit quotidiennement des familles entières. Le Visa Balladur instauré depuis 1994 entre les 3 îles des Comores et la quatrième île Mayotte fait de nombreuses victimes  dans mon pays"

Pour sa part le président Hollande a jugé nécessaire de contourner le dossier mahorais dans son intervention. Il a seulement indiqué qu'on ne peut pas lutter efficacement contre l'immigration clandestine, en faisant allusion aux  traversés par «kwasa kwasa» d’Anjouan vers Mayotte, sans de réelles perspectives de développement économiques.

 

Le discours du Président Ikililou fait l’unanimité

Bien qu’il n’est pas à sa première sortie médiatique pour la revendication de Mayotte comorienne, le président Ikililou Dhoinine des Comores a surpris plus d’un par la subtilité avec laquelle il a utilisé les mots pour parler du contentieux franco-comoriens :"Les comoriens espèrent que les discussions entamées pour la résolution du différend qui oppose mon pays au vôtre, la France , sur la question de Mayotte, nous permettront de parvenir à un dénouement heureux conformément aux résolutions des Nations Unies"

Le tonnerre d’applaudissements qui en a suivi, du palais du peuple jusqu’aux téléspectateurs et auditeurs des radiotélévisions, a fait du président Ikililou le héros du jour. Tous les Comoriens se sont reconnus dans ce discours et en sont fiers de leur président.

Bien que  cette échange est qualifiée de dialogue de sourd entre lui et son homologue Hollande, le comorien gardera à jamais le souvenir d’un président courageux qui a su dire au nom de son peuple ce que le peuple aurait voulu dire en face à son occupant.

Le Président français François Hollande est resté ferme jusqu’au bout sur le maintien du visa Balladur. Il a justifié sa décision dans la conférence de presse de l’après-midi en résumant par une formule:" l'histoire peut nous séparer, mais la géographie nous rapproche et l'amitié nous unit''.

 

Sadam à  Moroni

pour Dafinemkomori Infos

Comores: 4 Questions à Idriss Mohamed Chanfi

Publié le 23/08/2014 à 18:16 par dafinemkomori
Comores:  4 Questions à Idriss Mohamed Chanfi
"Ce sont les Mahorais qui ne tiennent pas compte des autres îles!
 

Moi: Bonjour Idriss

M. Idriss Mohamed:Bonjour Irchad.

 

1- Moi : Aujourd’hui se tient le 4ème sommet des chefs d’Etats et de gouvernement de la COI. Quelle en est votre lecture ainsi que celle du Comité Maoré qui appelle par le biais d’un communiqué la population comorienne à manifester « sa rage » à l’occasion de la visite du président français M. François Hollande.

Ne pensez-vous pas que la question du VISA BALLADUR relève plutôt de la négociation bilatérale d’autant que les autres membres de la COI semblent s’en désintéresser ?

 

1- M. Idriss Mohamed : Je pense que ce qui est important de souligner dans le déplacement de François Hollande, c’est sa position intransigeante sur la question de l’ile comorienne de Mayotte. Il n’a aucun respect pour ses partenaires comoriens. Même sur un plan diplomatique lorsqu’on a des divergences, on essaie de les exprimer d’une certaine façon. Lui non ! Les gens ont entendu les déclarations qu’il a faites à Mayotte. Donc connaissant nos autorités malgré la résistance dont ils font preuve ces derniers temps en particulier lors de la dernière conférence des ministres, on ne peut qu’appeler à une RIPOSTE ENERGIQUE pour qu’au moins la dignité de notre peuple ne soit pas piétinée et bafouée comme si nous étions des moins que rien par des gens arrogants, qui n’ont aucun sens de l’amitié entre les peuples et qui croient que les grands pays peuvent malmener les petits pays sans aucun respect des principes.

 

Je crois que le général De Gaulle avait dit que les pays n’ont que des intérêts à défendre et c’est vrai, mais il faut les compléter avec autre chose. Il y’a des principes ! Si on n’applique pas un minimum de principe dans la défense de ses intérêts, le monde devient une jungle. Et c’est ce que font les français aux Comores. Donc c’est normal que nous demandions une réaction vigoureuse pour montrer aux dirigeants français et au monde que nous n’avons pas renoncé et que nous ne renoncerons pas !

 

S’agissant des négociations entre les Comores et la France,il faut savoir que tout conflit se règle en dernière analyse par la négociation. Nous, nous avons toujours demandé à ce que la France reconnaisse la vocation de Mayotte à réintégrer l’Etat comorien et qu’à partir de ce moment là, tout peut être mis sur la table. Mais, si la France veut négocier avec les Comores pour accorder des visas à ceux-ci et pas à ceux-là etcétéra, mais dequel type de négociation s’agit-il ? C’est de la moquerie !

 

Nous, nous avions avancé une idée : 1 pays, 2 administrations ! 

 

Je voudrais saisir cette occasion pour dire quelque chose. Les maorais disent que nous ne tenons pas compte d’eux lorsqu’on s’exprime sur cette question. Mais en fait ce sont eux qui ne tiennent pas compte de nous. Parce qu’ils considèrent que toutes ces questions qui concernent Mayotte, ça ne leur regarde qu’à eux seuls. Mais Mayotte est une ile comorienne, donc j’ai autant de droit qu’un maorais sur Mayotte de la même façon qu’un maorais a autant de droit que moi sur la Grande-Comore qu’un grand-comorien. C’est comme ça ! Donc, lorsque nous revendiquons Mayotte ça ne veut pas du tout dire   que nous ne tenons pas compte de leurs aspirations. C’est plutôt eux qui ne veulent tenir compte des nôtres parce qu’ils considèrent qu’ils ne sont pas comoriens. Il faut bien que les choses soient remises à leurs places. Nous savons aussi qu’à Mayotte il y’a des gens se battent pour l’indépendance et l’unité, mais jamais on ne les entend. D’ailleurs même ceux qui crient ... quand on gratte un peu on se rend compte que finalement leur comorianité est là.

 

2-Moi : Vous venez de publier aux Editions Coelacanthes un livre sur votre parcours politique et militant. En quelques mots, pourriez-vous nous dire ses principaux jalons et les faits saillants qui vous ont marqué ? Et, votre livre constitue-t-il une forme aggiornamento ?

 

2-Idriss Mohamed : (rire) Je ne sais pas ce que veut dire aggiornamento !

 

Moi : Une forme de mise à jour!

 

M. Idriss Mohamed : Non. Moi ce qui m’a poussé à écrire ce livre, c’est parceque beaucoup de camarades n’arrêtaient pas de me solliciter pour que je le fasse.. Pour que j’écrive. Et même temps, plusieurs personnes ont écrit, et puis plusieurs expressions ont été faites dans les blogs. Et finalement ce sontdes personnes qui ont le droit d’écrire ce qu’ils veulent sur ce que nous avons vécu mais qui ne l’ont pas vécu de près. Et en même temps j’estime que nous avons incarné un grand espoir dans le pays et nous l’avons déçu ! Là, il y a des enseignements à tirer.

 

Donc le principal objet de mon livre est raconter comment j’ai vécu cette expérience de l’intérieur. Comment moi j’ai vécu les problèmes qui se sont posés à la révolution comorienne, quelles sont les réponses que nous avons apportées et pourquoi ça a échoué. Et en même temps lancer une idée d’un nouveau patriotisme qui pourrait rassembler les rescapés de tous les mouvements passés comme les nouveaux, un patriotisme qui allierait comme disait Hessel, le local à l’international. Un patriotisme internationaliste. Un patriotisme qui est fondé sur la solidarité aussi bien locale, régionale, nationale et internationale. Mon livre est une invitation à la réflexion pour la création d’un nouveau parti politique.

 

Je crois que parmi les nombreux problèmes que traverse aujourd’hui notre pays, je considère que depuis la fin du FD il n’y a plus de parti révolutionnaire qui incarne les aspirations profondes du pays. À partirde ce moment là tout va à vau l'eau..

 

Je vais vous donner un exemple pour que les gens puissent comprendre ce que je vais dire. Lorsque nous étions là, si quelqu’un vole l’argent du pays il devait se cacher. Et ceux qui étaient contre ces vols cherchaient tous les moyens pour débusquer l’infraction et nous donnaient l’information et nous on le disait ou on le publiait. Rien que cela faisait que ceux qui volaient n’avaient le front haut dans le pays, dans les madjiliss et autres, ils avaient honte parce qu’on les attaquait. Il y avait une certaine dynamique dans la jeunesse qui faisait que celle-ci s’intéressait à ces choses la.

 

3- Moi : Depuis la chute du régime du président Ahmed Abdallah il y’a ¼ de siècle, la plupart de vos anciens « camarades » ont participé d’une façon ou d’une autre à la gestion du pays, avec les résultats que l’on sait.  Est-ce que selon vous le désenchantement actuel de la jeunesse, jusqu’à l’absence de mobilisation en faveur des sujets et combats importants comme la journée du 12-Novembre appelée aussi« journée-maoré » par exemple, ne trouvent pas leur source dans les errements des anciens du FD ou de leurs avatars ?  

 

3-M. Idriss Mohamed : Je comprends bien la question. Mais ce qu’il faut bien retenir, c’est que si quelqu’un qui a été avec nous, qui s’est battu avec nous et qui à moment donné à décidé de rompre avec nous et d’aller de l’autre côté n’est plus représentatif de nous. Bien sûr que ce n’est pas aussi simple que ça car on voit des gens aujourd’hui auxquels on peut se demander s’ils pensaient vraiment une parcelle de ce qu’ils disaient il y’a quelques années. Quand on les voit piller le pays comme ils font et qui plus est, avec arrogance!

 

Souefou, .. Abodo Souefou, il s’est prêté je crois, des centaines de millionset il a affronté son Conseil d’administration pour lui dire.. « mais je me suis prêté !!! ». Ce sont des gens qui ont l’audace de ce qu’ils font. Pour moi, ils sont beaucoup plus venimeux, ils font beaucoup plus de tort car c’est des gens qui ont une culture, une façon de faire et qui osent. À partir du moment où ils ont choisi de rompre et qu’ilsont changé de camps ils ne nous représentent plus.

 

Maintenant il faut se dire que tous les mouvements révolutionnaires dans le monde ont eu leurs transfuges. C’est un peu ce qui s’est passé chez nous. Il y a des gens qui sont partis après 1985 avec la répression, d’autres après 1989, d’autres quand il y’avait le président Azaly parce qu’ils y ont vu une porte ouverte, d’autres sont partis pour ceci ou pour cela. Ce n’est pas un bloc monolithique, d’ailleurs si c’était le cas on aurait pu penser qu’ils allaient créer quelque chose pour aller encore plus loin maisnon, rien de tout ça ! C’est des gens qui sont descendu du train mais ça n’empêche que le train devait continuer..

 

Mais l’interprétation que les gens font de ces errements et de ces reniements est que la politique est une mauvaise chose, c’est vraiment pourri, c’est sale.. Et le résultat fait qu’aujourd’hui on a que des larrons enfoire sur la scène politique comorienne.  

 

Moi c’est un combat que j’ai voulu mener à un moment donnépour inciter la jeunesse à s’engager en politique. Par exemple dans Habari, pour pousser les jeunes les plus sains, les plus déterminés à servir le pays à s’intéresser à la politique car c’est là où tout se passe. Toutes les décisions se mènent là et non sur les réseaux sociaux.

 

Aujourd’hui on voit par exemple Kiki,  qui se prétend candidat et qui ambitionne d’être président de la république. On ne sait même pas d’où il vient, enfin je n’en sais rien. Mais je crois que c’est un bon symbole pour montrer que la jeunesse doit s’intéresser à la politique et doit aussi s’impliquer. 

 

Notre problème aujourd’hui c’est que les idées révolutionnaires dans le monde ont baissé, le libéralisme l’a emporté avec beaucoup d’arrogance et de force même si la crise qu’il a engendrée crée des situations extrêmement tendues y compris dans les grandes métropoles capitalistes mais il n’y a pas encore l’émergence d’un mouvement ou d’une riposte internationale malgré les quelques tentatives incarnées par les mouvements altermondialistes. Le monde manque de boussole mais je suis convaincu que ça viendra et que cette situation ne pourra pas perdurer.

 

4-Moi : Le Comité Maoré milite pour l’organisation de la prochaine tournante au profit de l’ile comorienne de Mayotte jusqu’à soutenir un candidat déclaré, alors que la Constitution vise l’île à laquelle échoit la tournante (Art.13), et non « une citoyenneté insulaire ». Ne faites-vous pas une lecture erronnée de la Constitution du 23-12-2001 sachant que tout comorien peut être candidat partout où il le souhaite ?

 

4- M. Idriss Mohamed :Tout d’abord une mise au point. Nous ne soutenons aucun candidat que ce soit clair et net. Aucun candidat !

 

En fait, la tournante dans la Constitution indique que l’île à laquelle échoit la présidence, il doit y avoir une primaire sur cette île. Et c’est ça l’obstacle car on ne peut pas organiser à Mayotte dans la situation actuelle pour sélectionner les 3 candidats finaux. C’est celle là la vraie question. Comment régler ce problème ? Certains vous répondent, de toutes façons on ne peut pas organiser les élections à Mayotte donc on arrête et ça retourne à Ngazidja. Les Kiki et consorts, qui sont bien évidemment des idées derrière la tête et qui soutiennent de toutes les façons possibles les positions de la France avec leur machin de France-Comores-Echanges.. Et il y’a nous qui disons qu’en fait c’est une disposition qui a été prise et qui peut être modulée. On peut penser une loi organique qui permet de sélectionner les candidats afin de pouvoir organiser des élections nationales avec eux. Mais en réalité, la vraie question est que ceux qui sont au pouvoir ne se prononcent pas.

 

Nous avions intenté une action auprès de la Cour constitutionnelle pour montrer que Maoré a droit à son Vice-président. Nous avons obtenu gain de cause mais ça n’a jamais été suivi d'effets. Donc on peut déduire que la vraie question est politique. Est-ce que oui ou non les Comores vont sauter le tour de la tournante maoraise sans même poser la question, sans même discuter ? Ensuite, on peut aussi pointer cette contradiction dans notre Constitution. On parle d’île mais il n’y a pas de citoyens d’île !

 

Nous, nous voulons que formellement l’Etat se prononce pour la tournante à Mayotte et qu’on cherche les moyens pour le faire. Certainsavaient avancé l’idée d’un scrutin numérique que tout comorien de Mayotte disposant d’une carte nationale d’identité puisse voter par internet. Lespistes existent à condition de s’y mettre. Mais la question reste politique. Il faut d’abord faire ce 1er pas. Ce sera un signal fort envoyé à la France et au monde entier. Un signal pour dire que nous n’avons pas renoncé et que nous ne renoncerons jamais..     

 

Moi: Je vous remercie

M. Idriss Mohamed:C'est moi

Comores: 23 Août, 4ème Sommet de la COI - Arrivée

Publié le 23/08/2014 à 08:21 par dafinemkomori
Comores: 23 Août, 4ème Sommet de la COI - Arrivée

Arrivée très matinale des Présidents et Chef de Gouvernement des pays de la COI

 


1 - Le Président des Seychelles  - 7H40

 

 

2-  Le Premier Ministre Mauricien - 8H15

 

 

3 - Président Français( Reunion) - 9H30

 

COMORES - KARIDJAPVENDZA

 

 

Comores: Les Saoudiens plantent leur pavillon à Moroni

Publié le 23/08/2014 à 08:13 par dafinemkomori
Comores: Les Saoudiens plantent leur pavillon à Moroni

 

 

L’Arabie Saoudite inaugure officiellement sa chancellerie à Moroni

 

 
 

 

Le Royaume d’Arabie Saoudite vient d’ouvrir officiellement sa représentation diplomatique à Moroni. La cérémonie d’inauguration s’est déroulée ce mardi, en présence des autorités politiques et religieuses du pays.

 

C’est dans le quartier résidentiel de Câble de Lyon au sud de la capitale que le Royaume Saoudien a choisi de poser le premier pas de sa coopération bilatérale avec les Comores. Un quartier qui s’apprête à se transformer en un quartier de diplomates pour avoir accueilli outre l’ambassade d’Iran, le consulat Malgache. Implanté sur une surface de 1300 m2, le bâtiment se présente comme un duplexe de plusieurs bureaux et un bâtiment annexe qui devrait loger le service des visas.

Cet évènement traduit la fin du calvaire des comoriens désirants se rendre dans la terre sainte et qui sont le plus souvent obligés de passer par Dar-es-Salam pour l’obtention du précieux sésame qui ouvre les portes de la Mecque. Neuf mois après un travail intense mené par le chargé d’affaires Abdullah F. Alarjani, la représentation se délocalise de l’hôtel Retaj pour Câble de Lyon, en attendant l’arrivée de l’ambassadeur qui a été nommé récemment. « Cette cérémonie traduit le lien de fraternité qui lie nos deux peuples », fait savoir Abdullah F. Alarjani chargé d’affaires de l’ambassade du Royaume Wahhabite à Moroni.

Selon lui, « l’événement contribuera avec efficacité à renforcer les liens diplomatiques des deux pays ». Pour le Mufti de la République, l’ouverture de cette représentation diplomatique est « quelque chose de naturelle ». Car toujours selon lui, les Comores et l’Arabie ont des liens qui sont enracinés dans le temps donc « la cérémonie de ce matin n’est qu’une formalité » explique Charif Toihir Ben Said Maoulana. « Les portes de l’ambassade sont ouvertes à tous les comoriens, cette représentation est pour tous les comoriens », a-t-il avancé. A l’entendre, le gouvernement saoudien continuera à soutenir les Comores pour un développement durable.

 

Maoulida Mbaé - Lgzt

Comores: La veille du 4ème Sommet de la COI en images

Publié le 22/08/2014 à 18:44 par dafinemkomori
Comores: La veille du 4ème Sommet de la COI en images

1 - Arrivée du Président malgache à Moroni




2 - Escorte et convoi des Présidents de la COI




3 -"Gungu" d'artiste contre l'Occuppant


4 - Un Monument d'identification en finition



5- Le Conseil des Ministres de la COI

COMORES - KARIDJAPVENDZA

Comores-Elections: En attendant la Campagne au 4 octobre

Publié le 22/08/2014 à 08:53 par dafinemkomori
Comores-Elections: En attendant la Campagne au 4 octobre

 

 

Aucune candidature n’a été annoncée

 

 

 

 

 

A moins de 50 jours de l’ouverture de la campagne électorale, aucun candidat ne s’est encore déclaré en lice, ni pour les élections des députés, des conseillers des îles ou des conseillers municipaux dont le premier tour aura lieu le 2 novembre.

 

Les élections harmonisées s’approchent à grand pas. Les formations politiques n’ont toujours pas annoncé leurs candidats. Les acteurs de la scène politique tardent à se manifester alors que la campagne électorale s’ouvre dans 50 jours. L’UPDC n’a pas encore dévoilé ses guerriers, mais il n’est pas exclu que des ministres et délégués de l’exécutif de l’Union des Comores soient sur la liste des candidats aux prochaines élections .

Des partis de la mouvance présidentielle pourraient bien présenter leurs candidats sous leurs propres couleurs, indépendamment de l’UPDC, notamment pour les élections des conseillers des îles et des municipales. C’est le cas pour le parti Orange ou du FD. Le RDC dirigée par Djae Ahamada Chanfi pourrait présenter une liste commune avec l’UPDC pour les législatives. Au niveau de l’île de Ngazidja, Pour les municipales et les conseillers, les verts de Mouigni Baraka pourraient présenter leur liste. Le secrétaire générale du parti, Djaé Ahamada, a déjà évoqué la possibilité de s’allier avec d’autres partis. Il a affirmé que des négociations ont été entamées avec le RDR et le FD, ou encore le FNJ.

 

Les camps de l’opposition n’ont pas encore annoncé leurs candidats

Le parti Juwa entend pourtant se présenter dans toutes les circonscriptions, si on s’en tient aux dernières déclarations de son secrétaire général dans La Gazette des Comores et à HZK-Presse. La formation politique qui regroupe les majors de l’ancien régime Sambi est bien capable de faire trembler la majorité présidentielle, surtout que celle-ci pourrait se diviser à l’approche des élections.

Le parti PEC de maître Fahmi Said Ibrahim aurait déjà fait alliance avec le Juwa. L’ancien ministre des affaires étrangères a même pris part à la récente rencontre des ténors du parti de Sambi à Anjouan. Le Juwa pourrait bien remporter la majorité des circonscriptions à Anjouan. A Ngazidja, le parti de l’ex raïs compte de nombreux adhérents et Sambi, de nombreux fans.

Les leaders politiques qui animent le parti à Ngazidja peuvent eux aussi remporter des sièges, et ils l’ont déjà prouvé. A Mohéli, par contre, l’UPDC est en position de force même si le gouverneur Mohamed Ali Said et plusieurs leaders politiques comme Mohamed Fazul, peuvent à tout moment se hisser pour barrer la route au régime. Les chances de remporter les élections à Anjouan sont très minimes pour le camp Ikililou.

Outre le camp Sambi et Anissi, l’UPDC pourrait se heurter aux ex-séparatistes. Djaanfar Salim et l’ex homme fort de l’île d’Anjouan Abeid Abderemane qui ont déjà signé un accord dans lequel ils sont engagés à « travailler main dans la main » pour les prochaines échéances électorales.

La CRC est divisée mais elle est en mesure d’affronter la tempête, même si elle ne s’est toujours pas officiellement déclarée dans l’opposition. Le parti de l’ex président Azali est bien implanté dans de nombreuses régions et pourrait bien s’offrir de nombreux sièges à conditions de trouver les hommes et les femmes capables de porter ses couleurs.

Le tout nouveau parti dirigé par Houmed Msaidie (RADHI) pourrait aussi être en lice dans les prochaines élections car on voit mal l’ex secrétaire général de la CRC, un des leaders actifs de l’opposition, jouer les outsiders aux prochaines batailles électorales.

Jusqu’ici le G5 composé des partis ANC, RIDJA, CHUMA, DUDJA et du parti de l’ex-Gouverneur Abdouloihabi pourrait aussi présenter une liste commune en espérant ne pas jouer les « aventuriers ». Les partis du G5 sont malheureusement restés dans l’ombre pendant que les crises sociales s’intensifiaient. Ils auraient bien plus de chance de barrer la route à l’UPDC et espérer s’offrir des sièges à l’assemblée nationale et aux conseils des îles s’ils avaient su séduire l’opinion avant les élections. Ce qui n’a malheureusement pas été le cas jusqu’ici.

 

Al-Hamdi Abdillah Hamdi - Lgzt

Comores: le grand tort c'est d'avoir beaucoup raison !

Publié le 22/08/2014 à 08:35 par dafinemkomori
Comores: le grand tort c'est d'avoir beaucoup raison !

Responsable mais non coupable


 

 

« Avoir toujours raison est un grand tort ». Cette phrase de Turgot, reprise par le président du conseil Edgard Faure dans ses mémoires en 1982, illustre ce qui se passe un peu dans les iles de la lune.

En effet, sous nos cocotiers il n’est jamais bon d’avoir raison sur la masse. Et l’histoire du président Ali Swalihi est là pour nous le démontrer. Nous sommes dans un pays où il est difficile de trouver quelqu’un, qui, sur une question donnée, vous avouera son ignorance. Il trouvera toujours une explication à vous proposer. Vous lui demandez pourquoi il fait si chaud, il vous répond que c’est à cause de la mode déshabillée de nos jeunes filles et il vous ajoutera qu’en principe il devrait faire plus chaud si l’on tient compte du degré de la dégradation des mœurs.

Dans les bangwés et les salons feutrés des villas cossus où grondent des groupes électriques, on discute à longueur de journées de la prochaine conférence de la COI, de l’impopularité du président Hollande et bien sûr des sujets nationaux à l’ordre du jour comme la lutte contre la corruption sous l’angle d’une mission impossible sous nos tropiques.

En fait, nous n’avons rien à apprendre, nous devons nous contenter d’écouter, ceux qui monopolisent la parole dans les bangwés, dans les médias privés, dans les madjilisses, les maoulides etc… Il semble que tous ces gens là ont des solutions à nous proposer pour sortir de l’ornière.

Dans les iles de la lune, la parole a toujours été reine. Les maitres de la parole ont toujours fleuri un peu partout dans nos localités. Ce qui amenait le feu président Abdallah à faire sien l’adage : « la langue n’a pas d’os ».

Aujourd’hui le débat s’est focalisé sur la lutte contre la corruption avec son corollaire de situations alambiquées. On voit partout des queues pour l’achat de l’essence, du pétrole et on semble considérer cela comme des situations banales. On voit des bidons alignés au niveau des bornes fontaines à l’image de se qui se passe dans les pays sahéliens le sourire aux lèvres, quoi de plus banal, une fois encore !

Il semble que la problématique réside dans le fait que c’est la survie d’un certain nombre de castes politiques qui est en jeu. Et on voit mal certains, contribuer à scier la branche sur laquelle ils sont assis en ayant dans leur bec un fromage. Mais cela est une autre histoire.

En définitive nous savons tous que l’impunité est devenu la règle numéro un dans ce pays. L’arrogance et le mépris sont devenus les concepts sur lesquelles certains puisent leur force oubliant au passage qu’un pouvoir ne dure qu’un temps, le temps d’un instant, diraient certaines mauvaises langues. L’ancien président Sambi avait émis l’idée de faire venir des magistrats étrangers en appui aux nationaux. Sa concrétisation a eu du plomb dans l’aile.

Entre la réticence de certains magistrats et la réelle volonté de l’ancien président de mettre en œuvre cette idée, on se retrouve toujours dans une situation où les affaires trainent en longueur et où les plus puissants tirent les marrons du feu. En définitive si nous sommes tous responsables de l’état déplorable dans laquelle se trouve le pays et nous en déduiront que personne n’est coupable !

 

Mmagaza - Hzk Prese


DERNIERS ARTICLES :
Sommet-COI : Ils se parlaient mais ne s’écoutaient point !
   Le Président Comorien a pris le taureau par ses cornes     Après des réglages méticuleux sur l’aménagement de la capitale, du ballet diplomatique et protocolaire, des
Comores: 23 Août, 4ème Sommet de la COI - Arrivée
Arrivée très matinale des Présidents et Chef de Gouvernement des pays de la COI   1 - Le Président des Seychelles  - 7H40     2-  Le Premier Ministre Mauricien - 8H15  
Comores: Les Saoudiens plantent leur pavillon à Moroni
    L’Arabie Saoudite inaugure officiellement sa chancellerie à Moroni         Le Royaume d’Arabie Saoudite vient d’ouvrir officiellement sa représentation diplomatique à
Comores: La veille du 4ème Sommet de la COI en images
1 - Arrivée du Président malgache à Moroni 2 - Escorte et convoi des Présidents de la COI 3 -"Gungu" d'artiste contre l'Occuppant 4 - Un Monument d'identification
Comores-Elections: En attendant la Campagne au 4 octobre
    Aucune candidature n’a été annoncée           A moins de 50 jours de l’ouverture de la campagne électorale, aucun candidat ne s’est encore déclaré en lice, ni pour le
forum