COMORES - KARIDJAPVENDZA
Rien ne sert de courrir,il faut partir à point.Ko kali kali litso hutswa ko male male yatsona ntsa.

Thèmes

affiche afrique amis amour annonce argent article background bienvenue bonne cadre

Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· Actualités Comores et Monde (545)
· Assalam anleykum!!! (1286)
· Billets d'humeur (40)
· Blague à part (51)
· Chronique sur Qui est Qui (34)
· Crash A 310 de Yemenia : (45)
· Dialogue Inter Institutions (10)
· Dossier à classer au cas par cas (3)
· Elections Harmonisées 26 Déc 2010 (111)
· Entre l'Union et les Iles des Comores (25)
· Femme, je vous aime. (13)
· Feuilleton DAFINE SG Gouv Ngazidja (19)
· Général Salimou Mohamed Amiri (121)
· Gouvernements (16)
· Le panier de délices (10)
· Législatives 2009 (38)
· Les Comores en Images (22)
· Libre opinion (347)
· Sports Jeunesse et Culture (127)
· Trois Questions à:... (32)

Rechercher
Derniers commentaires

produire de l'énergie avec de l'eau au lieu de gasoil c'est possible d'avoir l'électricit avec le karthala e
Par Anonyme, le 22.10.2014

chaque pays a eu ou aura un jour son révolutionnai re comme l'egypte avec nasser la turquie avec attaturk comm
Par NDEZEKWELI, le 19.10.2014

et si ebola frappait à la porte des comores par le biais de nos ressortissants vivant en guinée ? que pourrons
Par NAMFAHAMOU, le 19.10.2014

pour gouverner on a pas besoin de doctorat mais de la doctrine et aimer son peuple jamais les peuples comorien
Par Hassan+i, le 18.10.2014

j'aime bien ses idée mais un homme qui a un passé de gangster on a en pas besoin !!! on a assez souffert pour
Par BenjaminSima, le 18.10.2014

Voir plus

Articles les plus lus

· Mondial 2014: Cristiano Ronaldo bombarde Israël !
· Comores: A l'heure de la pierre taillée par un ordinateur!
· Feuilleton DAFINE SG Gouv Ngazidja - Episode 4.
· J.O-2012: Un journaliste de TF1 écorche les Comores
· Feuilleton DAFINE - Episode 13

· Dossier: Farid Soilihi, candidat de la Diaspora.
· Marseille : Le comorien Abdallah tué et un autre blessé
· Chronique du Weekend: Sexe et Islam!
· Feuilleton DAFINE SG Gouv Ngazidja - Suite.
· Comores : Résultat du Baccalauréat 2014
· Comores: Dossier du crash du vol Inter iles
· Chronique du weekend: Djamel Debouze - Révélations!
· Comores:''Tsi tsehe''de Salim Ali Amir est un chef d'oeuvre!
· Comment créer une entreprise aux comores?
· Comores au Féminin

Voir plus 

Abonnement au blog
Recevez les actualités de mon blog gratuitement :


Blogs et sites préférés

· Albalad
· Alwatwan
· comoresannonces
· La Gazette des Comores
· mpc
· Pitcha- Images d'évènements
· Poesie Coquine
· ridja
· watwan


Statistiques

Date de création : 24.05.2009
Dernière mise à jour : 22.10.2014
3061articles


Images
Ne crains rien! Avance!

La peur est le pire ennemi du progrès de l'homme. Elle nous permet de vivre longtemps mais dans l'immobilisme

kmr img
295186_260201700674681_100000545599263_983404_7059038_n1.jpg
Mrv
293753_260079390686912_100000545599263_982789_769745_n1.jpg
Coco
47538_1640708343884_1422077607_3528344_2557318_n2.jpg
Ceolacanthe
40746_1433753040601_1136187519_31010257_1099321_n.jpg
Hambou
24667_110628618977425_100000908613042_71549_7140444_n.jpg
Emblêmes
268330_128368983915164_100002261902802_229612_6793978_n.jpg
Nyamawi
25645_1274167407444_1027687165_30710221_7195975_n1.jpg
Madaba
421712_10150616904274669_525754668_10825049_2030261694_n2.jpg
Medina Mutsamudu
2010-04-03-port_medina_mutsamudu1.jpg
CJSOI 212
381963_348034321873701_100000014090169_1524613_1516000214_n1.jpg
Moroni
386199_10150433397058393_686943392_8615217_869364327_n1.jpg
Labeur
393433_288289987877953_100000908613042_891221_636484679_n1.jpg
Obscur
396611_2260731818350_1850079923_1499283_1933207080_n1.jpg
SAGC
DSC00566.jpg
Conteurs
DSC00757.jpg
Athl-Beit Salam
Athl-beit.jpg
Wadaha
DSC00374.jpg
escalator
294015_267575319937319_100000545599263_1011886_5898034_n1.jpg
Côte
2672617572_small_11.jpg
Etandard
CJSOI-blog.jpg
canon
301073_270670332961151_100000545599263_1024132_7252160_n1.jpg
Edif
404335_10150661077709669_525754668_10953705_1006847332_n2.jpg
Moderne
263746_2266167060075_1425501882_2708155_4602013_n1.jpg
Banane
206042_2121754096841_1635497046_2165223_1354852_n2.jpg
SAGC
2678792342_11.jpg
Tournante
2722061298_11.jpg
Billard
418950_10151285296515271_771145270_23208492_1756182081_n1.jpg
Moroni
400253_10150661704049669_525754668_10955407_730662496_n1.jpg
Dzialandze
422509_10150637051644669_525754668_10886703_712401189_n1.jpg
Plage
423841_10150637049709669_525754668_10886697_1043745098_n1.jpg
Kalaweni
318435_267564856605032_100000545599263_1011803_3375710_n1.jpg
Tortues
423705_368565379838312_100000545599263_1341699_654929672_n1.jpg
Côtes Comores
424336_368581006503416_100000545599263_1341725_275173771_n1.jpg
Comores
425467_374473485914168_100000545599263_1355756_679167970_n2.jpg
Lac
418039_368540589840791_100000545599263_1341662_1106249726_n1.jpg
Scène de pêche
419280_368575586503958_100000545599263_1341716_373000734_n1.jpg

Comores-Elections: La CENI en Communication avec les îles

Publié le 22/10/2014 à 15:12 par dafinemkomori
Comores-Elections: La CENI en Communication avec les îles

 

 

Une mission de la CENI à Mwali

 

 
 

Un comité de la CENI (commission électorale nationale indépendante) chargé de la communication et des relations avec les partis politiques, la société civile et les partenaires se trouve à Mwali depuis ce lundi. L’objectif est de venir faire un état des lieux et recueillir les doléances de toutes les parties prenantes du processus électoral.

Une mission de la CENI conduite par Ahmed Zainab, la secrétaire à la communication et aux règlements séjourne à Mwali depuis ce lundi. Dès mardi matin, ils ont rencontré la CEII (commission électorale insulaire indépendante) pour voir l’état d’avancement des travaux et recueillir leurs doléances. Et dans l’après midi c’était le tour des médias.

Comme les médias, selon Said Mzé Dafiné le commissaire chargé des médias et les partenaires, sont une des parties prenantes et partenaires importants pour la réussite d’élections apaisées et reconnues, cette réunion avait pour objectif de sceller ce partenariat pour garantir la tenue des élections dans un climat serein.

Des contrats, selon ce commissaire, et un code de déontologies sont à signer très prochainement entre les médias et la CENI pour permettre de diffuser une communication électorale optimale avec beaucoup d’objectivité de la part des médiats. Une participation aux frais de fonctionnement de ces médias de la part de la CENI est également prévue.

Ce mercredi, ce comité vient de rencontrer les partis politiques et les candidats pour faire le point. Plusieurs partis, formations et personnalités politiques ont répondu présent à cette rencontre tant attendue. Il est à noter qu’un informaticien a fait le déplacement de Moroni pour traiter les problèmes relatifs aux électeurs qui se sont inscrits mais qui ne figurent pas sur les listes électorales de leurs localités respectives.

Quant aux personnes qui n’avaient pas d’extrait de naissance et qui s’étaient enregistrés lors de la caravane de l’état civil dans l’espoir de pouvoir voter aux prochaines élections, ont vu leurs espoirs réduits à néant.

 

Mouayad Salim - Correspondant à Mwali

 

 

Rencontre entre la CENI, la CEII et les médias d’Anjouan

 

 

 

Samedi dernier s’est tenue à Mutsamudu une rencontre entre les medias, la Commissions Electorale Nationale Indépendante (CENI) et la Commission Electorale Indépendante Insulaire (CEII). L’occasion de rappeler le rôle fondamental de l’organe de presse dans le processus électoral.

 

« Choisir les messages à véhiculer » serait le leitmotiv pour pouvoir préserver la paix et transmettre un message neutre et bénéfique à la population. C’est dans cette optique que s’est tenue la rencontre samedi dernier dans les locaux de la CEII à Chitsangani, entre les médias de la place, la CENI et la CEII.

Dans un processus électoral, « il suffit de rien pour pousser le pays vers le chaos » insiste Said Mohamed Dafine, membre de la CENI. Pour que le processus et le déroulement des élections soient transparents, il faut l’implication coriace des médias informateurs et non tendancieux. Les conférenciers, de la CENI et de la CEII, ont beaucoup insisté sur le respect de la déontologie journalistique dans la couverture des élections.

La date de dépôt de dossiers de candidature a été ouverte depuis le 12 de ce mois et ce jusqu’au 27 octobre. Jusqu’à maintenant, aucun candidat n’a encore déposé son dossier selon le secrétariat de la CEII.

 

Nabil Jaffar - Correspondant à Ndzuwani



Comores: le mémorandum n’a pas encore eu de réponse

Publié le 22/10/2014 à 15:07 par dafinemkomori

 

 

Les partis politiques envisagent une marche de protestation


 

 

15 partis politiques se sont réunis lundi dernier suite au silence des autorités de l’Etat sur le mémorandum qui leur a été adressées. Ils envisagent de lancer des actions pour montrer leur mécontentement.

 

Le 15 Octobre dernier, les partis politiques avaient signé un mémorandum qui faisait état de la situation grave qui prévaut et qui présente un risque réel et sérieux sur le bon déroulement des élections. Lundi dernier, 15 partis politiques se sont réunis au Palais du Peuple pour faire suite à ce document envoyé aux président de la République, la Cour Constitutionnelle et la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) et qui dénonçait les nombreuses violations du nouveau code électoral, mais aussi la non application de certaines dispositions de ce code notamment dans son article 6 sur la mise en place d’un cadre de concertation.

« Depuis qu’on a envoyé ce mémorandum, nous n’avons pas eu de réponse. Nous nous sommes réunis pour réfléchir sur ce qu’on doit faire face à ce silence », déclare Mahamoudou Ali Mohamed. Le chef de file de l’ANC a montré que les partis politiques ont trop attendu et qu’ils envisagent de lancer des actions. « On devrait avoir des réponses légales et politiques et nous ne les avons pas eu. Nous allons organiser des réponses politiques à notre tour », poursuit-il.

Dans la matinée de ce mercredi, les 15 partis vont organiser une conférence de presse pour exposer les faits et une marche pacifique est prévue jeudi pour dénoncer le silence de l’Etat et « la mascarade électorale » prévisible à leurs yeux. Face à ces questions, le leader de l’ANC a fait allusion à la situation actuelle du pays à savoir le manque d’électricité, d’eau et les arriérés de salaires des agents de l’Etat.

Au départ, 17 partis politiques étaient conviés mais deux d’entre eux ont brillé par leur absence, le RADHI et le mouvement Orange. « Je partage le contenu de ce mémorandum et continuerai de soutenir toute initiative allant dans le sens du respect du cadre légal et du strict respect du cadre légal », avance le leader du parti RADHI joint par La Gazette des Comores, Houmed Msaidie.

Mohamed Daoud connu sous le nom de Kiki a quant à lui rappelé que son parti (Orange) n’est pas signataire du document. « Nous avons soulevé des problèmes de fond surtout sur les anomalies des listes électorales, la question sur la Cour constitutionnelle. Nos préoccupations ne sont pas prises en compte. C’est pourquoi on n’était pas là », indique-t-il, avant d’ajouter que « nous sommes dans cette dynamique mais nous voulons qu’il y’ait des élections » à tout prix.

 

Mohamed Youssouf  - Lgzt

Comores-Elections: La Commission Electorale en mouvement!

Publié le 21/10/2014 à 11:49 par dafinemkomori
Comores-Elections: La Commission Electorale en mouvement!

 

 

La CENI s’est envolée pour Mohéli et Anjouan

 

 

 

 

 

La Commission Electorale Nationale Indépendante se trouve depuis vendredi dernier, en tournée sur les deux autres îles de l’archipel pour une sensibilisation autour du processus électoral. Après Anjouan, c’est à Mohéli où ils ont atterri, dimanche dernier.

 

Après avoir sensibilisé les médias et les partis politiques sur le processus électoral à la Grande Comore, la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) s’est envolée vendredi dernier à Anjouan, puis à Mohéli dimanche. Là-bas, le comité en charge de la communication et la coopération avec les partis politiques, la société civile, les médias et les partenaires à la CENI a rencontré les médias et les partis politiques, samedi et la société civile, dimanche.

La CENI a rencontré les médias hier lundi et va rencontrer les partis politiques et la société civile ce mardi. « Notre tournée a pour but de sensibiliser les partis sur le processus électoral, notamment le calendrier électoral, les règles à suivre sur le dépôt des candidatures », a déclaré Said Mze Dafine, un de ses membres.

Concernant le fichier électoral, les iles sœurs auraient également été victimes d’anomalies : « Il y’a des noms mal écrits, des erreurs concernant les bureaux de vote, des personnes enrôlées qui ne figurent pas sur les listes électorales », avance cet ancien secrétaire général de la CENI.

Joint par La Gazette des Comores, le président de la CENI, Djaza Ahmed Mohamed assure : « Nous avons commencé à apporter les rectifications sur les listes électorales. Une mission est mise en place sur les trois îles pour apporter un soutien aux candidats et résoudre les problèmes liés au fichier électoral ».

Sur place, les membres de la CENI ont entamé une campagne de sensibilisation et d’échange sur le processus électoral. A 7 jours de la fermeture du dépôt des candidatures, les deux autres îles ne semblent toujours pas s’activer. Seul un candidat à Anjouan aurait déposé sa candidature. « On n’a eu qu’une seule candidature à Anjouan et à Mohéli, on a eu des retraits de dossier mais pas de dépôt », indique Latuf Abdou. A Ngazidja, plusieurs partis politiques auraient déjà finalisé leurs listes de candidatures.

 

Mohamed Youssouf - Lgzt

Comores: Procès de la tentative de Putsch d'avril

Publié le 21/10/2014 à 11:27 par dafinemkomori
 
 

 

affaire_faux_coup
 
 
Décision, ce Jeudi!
 
 
C’est ce jeudi 23 octobre que la chambre d’accusation se prononcera sur l’affaire de tentative de déstabilisation, atteinte à la sureté de l’État, détention illégale d’armes et non dénonciation, à laquelle treize personnes, dont deux étrangers, sont poursuivies et placées en détention provisoire.

Ce renvoi pour délibéré a été décidé à l’issue d’une audience tenue devant la chambre d’accusation le samedi 18 octobre. Saisie en vue d’examiner l’accusation qui pèse sur les prévenus, cette instance d’instruction de second degré peut prononcer un non lieu ou de transférer le dossier auprès de la Cour de sûreté de l’État, s’il y a lieu de poursuivre.

Pour la défense, l’audience du week-end dernier constitue une phase décisive de cette procédure engagée depuis avril 2013. Selon Me Mourad Saïd Ibrahim, «la procédure est viciée du début à la fin… Par conséquent, les avocats de la défense ont, d’une seule voix, demandé la nullité. Je ne vois pas comment la chambre d’accusation ne va pas tenir compte des moyens de nullité que nous avons soulevés».

Et pour Me Youssouf Atiki, la chambre d’accusation rendra la justice car «c’est une institution qui est dotée d’une âme. Nous avons fait appel à cette âme, afin de rendre la liberté qui est le principe à nos client».

Au sujet de la demande, émise par la défense, certains avocats avancent une totalité de 75 moyens de nullité. Pour Me Mourad Saïd Ibrahim, elles commencent depuis l’enquête préliminaire dans le local des interrogatoires à Kandani, qui n’est pas une brigade de police judiciaire et en instruction.

Sur le fond de l’affaire, Me Azad Mzé s’est appuyé sur l’absence de matérialité de l’acte. Pour que l’on puisse dire que «l’infraction est établie, il doit y avoir un passage à l’acte, or sur ce cas précis, il n’y a même pas eu de début d’exécution… Donc, il n’y a pas eu de complot».

Me Youssouf Atiki insistera, quant à lui, que depuis l’arrestation de ses clients jusqu’au jour de la réunion devant la chambre d’accusation, de nombreuses anomalies qui relèvent de la violation des droits de défense ont quotidiennement étaient commises.

Aussi la défense soutient que les moyens de nullité évoqués reposaient également sur la Commission rogatoire internationale (Cri). A en croire ces avocats, le parquet avait misé sur les conclusions de la Cri, or que celles-ci n’ont pas été communiquées à la défense.

Dans ses réquisitions, le parquet général a visé la Cri tout comme le juge d’instruction. «Étant donné que ces pièces ne nous ont pas été communiquées, nous avons demandé à la chambre d’accusation de les écarter du dossier car le principe de contradictoire n’a pas été respecté».


Mariata Moussa -Alwatwan

Comores: Un retour politique diversement apprecié

Publié le 21/10/2014 à 11:04 par dafinemkomori

 

 

Mohamed Bacar annonce officiellement son retour

 

 

 

 

 

 

L’annonce avait déjà été faite en avril 2013 par son ancien ministre de l’Intérieur, Jaffar Salim puis démentie quelques jours plus tard. Cette fois-ci, c’est de sa propre voix qu’il compte l’annoncer. Mohamed Bacar, ex-président de l’île autonome d’Anjouan, prépare bien son retour dans l’archipel et sur la scène politique comorienne.

 

 

L’ex-président de l’île autonome d’Anjouan, Mohamed Bacar devrait s’exprimer ce mardi à 7h00 sur les ondes de Kwézi FM de Mayotte. Selon la presse Mahoraise, l’ex-séparatiste va annoncer son retour aux Comores. Un retour au pays et sur la scène politique puisqu’il compte bien « diriger » la présidence de l’Union des Comores.

Mohamed Bacar souhaiterait avant tout, prendre la tête du parti RENIC (rassemblement pour un nouvel élan aux Comores), déjà lancé par Jaffar Salim, son ancien ministre de l’Intérieur. L’ex-rebelle séparatiste compte sur « la communauté internationale » pour « une réconciliation nationale comorienne » et laisse entendre qu’il est prêt à « être jugé sur son passé ». L’enfant de Barakani demande aussi à ce que « la lumière soit faite (…) sur sa présidence qui aura été ferme mais sans tortures ni exactions », selon France Mayotte Matin. Jusqu’ici, aucun des ex-séparatistes qui ont rejoint le pays n’a été inquiété, ni par le gouvernement, ni par la justice ou bien encore par la population.

En 2008, le régime Sambi se disait déçu et avait même sollicité l’appui de l’UA pour que le « criminel Bacar » soit jugé par une juridiction comorienne ou internationale car il était coupable de « trahison, usurpation de pouvoir, tortures et crimes de guerre ».

Dans son intervention sur les ondes ce matin à Kwezi FM, Mohamed Bacar devrait « confirmer » la participation des autorités françaises dans son exfiltration vers Mayotte lors du débarquement de mars 2008. Le garde des Sceaux de l’époque, Mourad Said Ibrahim, avait ouvertement accusé la France d’avoir « déroulé le tapis rouge pour soustraire Bacar à la justice comorienne ».

Arrivé à Mayotte avec une dizaine de personnes, l’ex-rebelle avait ensuite été exfiltré vers l’île de la Réunion avant de partir en exil au Benin, le seul pays ayant accepté de l’accueillir.

 

A.A.Hamdi - Hzk Presse

 

Comores-Elections: Les Candidats se positionnent!

Publié le 20/10/2014 à 18:02 par dafinemkomori
Comores-Elections: Les Candidats se positionnent!

 

 

 

Municipales: Ali Mzé, tête de liste de « Moroni Yaleo Na Mawudu »

 

 
 

 

Le directeur général de l’Ecole Privée Groupe Scolaire Fundi Abdoulhamid a été désigné tête de liste de la société civile baptisée « Moroni Yaleo Na Mawudu ».

 

Le 28 Décembre prochain aura lieu le premier tour des élections législatives et le tour unique des conseillers des îles. Le 1er Février 2015, ça sera le deuxième tour des législatives et le tour unique des municipales. A Moroni, c’est le directeur de l’Ecole Privée Groupe Scolaire Fundi Abdoulahamid qui a été désigné tête de liste de « Moroni Yaleo Na Mawudu ».
Ali Mze a été désigné pour conduire ce mouvement par des représentants de la société civile de la capitale. De nombreux habitants représentant les quartiers de Moroni, en majorité des jeunes, ont participé à cette réunion qui se déroulait au Foyer des femmes de Moroni hier dimanche après-midi, pour désigner celui qui va conduire la tête de liste de la société civile baptisée « Moroni Yaleo Na Mawudu ». Plus d’informations dans nos éditions à venir.

 

 Présidentielle de 2016: Moinaecha Djalal a lancé officiellement sa candidature à Hamahamet-Mboinkou

 

Moinaecha Djalal, candidate indépendante aux élections présidentielles de 2016 a annoncé officiellement sa candidature dans son fief Hamahamet-Mboinkou.

Elle aura comme vice-président l’ancien président de l’île autonome d’Anjouan, Moussa Toybou. Cette femme entrepreneur a annoncé sa fierté d’être la première femme de la région se présenter aux présidentielles. Dans cette perspective, Mme Moinaecha prévoit une tournée en Afrique du Sud et dans certains pays africains pour solliciter leur soutien dans la sécurisation des élections de 2016.

 

Rassemblés par MY - Lgzt

Comores-Elections: Les Partis Politiques font grise mine

Publié le 17/10/2014 à 17:06 par dafinemkomori

partis_politiques.JPG

 

Elections harmonisées: 17 Partis montent au créneau

 

Le mémorandum signé ce mercredi 15 octobre à Moroni par dix-sept formations politiques dont la Crc, l’Anc, le Chuma, le Mouroi ou encore Juwa est un réquisitoire en règle contre les conditions d’organisation du triple scrutin de décembre. Il pointe surtout les nombreuses violations des textes régissant le processus électoral aux Comores.


Le mémorandum regrette d’abord l’absence d’un «cadre de concertation» tel que stipulé dans le nouveau code électoral et attaque le décret présidentiel n°14-150 du 20 septembre portant convocation du corps électoral. Pour les partis signataires du document, ce décret, publié avant «l’arrêt du fichier électoral par le ministre en charge des élections», ne respecterait pas l’article 8 du code électoral.

De même, ils estiment que «les dates d’affichage des listes électorales violent le droit de recours et de contestation du fichier électoral». «Le délai de 27 jours ouverts avant l’arrêt du fichier a pour objectif de garantir la sincérité et l’exactitude [du registre national des électeurs] avant la convocation du corps électoral», lit-on dans le mémorandum.

Les dix-sept partis n’ont pas manqué de dénoncer l’arrêt n°14-012 de la Cour constitutionnelle ayant annulé les dispositions de la loi n°14-017 du 26 juin 2014 relative à l’inéligibilité de certaines catégories d’agents de l’État.

«La Cour soutient que le caractère récent de cette loi ne permet pas à ces agents de respecter le délai exigé par la loi (...). Pour étayer son argumentaire, elle s’est basée sur une contrevérité manifeste. Selon elle, le décret de promulgation de la loi incriminée est intervenu le 29 août 2014 et serait donc postérieur à la première convocation du collège électoral du 2 août. Force est de constater que cette loi a été promulguée par décret n°14-177 du 9 juillet 2014», écrit ce collectif de partis.

L’autre point soulevé par le mémorandum est celui de la composition des commissions électorales insulaires et communales. Les signataires "considèrent que le silence de la loi sur la répartition des conseillers communaux entre les localités (villages et arrondissements) composant la commune constitue une source de conflit potentiel".

Ainsi, les dix-sept partis demandent-ils la mise en place d’un comité de suivi pour s’assurer du respect des dispositions pertinentes du code électoral, une nette clarification sur le nombre de conseillers devant représenter chaque village ou quartier et l’application stricte de la loi sur les inéligibilités.

Il faut dire que l’unité affichée en début de semaine par ces partis a volé en éclats avant-hier après le refus du Radhi et du mouvement Orange de signer le mémorandum.
"Nous pensons que ce mémorandum n’a pas pris en compte un élément-clé, la non conformité à la constitution de la loi relative à l’élection des représentants de la Nation".

"La constitution stipule clairement qu’il faut 2/3 des députés pour voter cette loi organique; or elle n’a été votée que par 19 députés au lieu de 22. Il ne s’agit pas d’une simple loi. Et contrairement à ce qu’on dit, ce texte a un impact direct sur le processus électoral; tous les textes qui y font référence devraient être déclarés caducs", explique Houmed Msaidié. Même son de cloche chez les responsables d’Orange qui estiment que certains points pourtant cruciaux, notamment le non recensement de plus de 29.000 électeurs, ne figurent pas dans le mémorandum.

La présence du mouvement de Mohamed Daoud dans une même coalition que ces formations qui critiquent les conditions d’organisation des élections avait quelque chose d’irréel, le ministre de l’Intérieur étant issu de ses propres rangs. Le mémorandum devait être remis hier, jeudi, au chef de l’État.



Mohamed Inoussa -Alwatwan

Comores: Mamwe - la situation est très grave!

Publié le 17/10/2014 à 17:00 par dafinemkomori

 

 

La FCC et le Modec projettent « des actions pacifiques de masse »

 

 

 

Les organisations professionnelles montent au créneau et exigent une solution immédiate de la crise d’énergie qui ne fait que s’empirer au jour le jour. Au cours d’une réunion de sensibilisation à l’initiative de la fédération des consommateurs comoriens, il a été convenu que des actions de masse seront prochainement organisées pour contraindre l’Etat à l’action.

 

Plus la crise d’énergie s’intensifie dans le pays et semble sans issue, plus les esprits des citoyens se chauffent. Dans une rencontre tenu ce jeudi au Conseil de l’île de Ngazidja à l’initiative de la fédération des consommateurs comoriens (FCC), les participants n’ont pas fait l’économie des mots. Les autorités ont été durement critiquées par ces leaders d’opinion qui ont dénoncé l’« indifférence » du gouvernement sur une question aussi vitale. Que faire, pendant que la crise d’énergie et de l’eau s’installe et que les autorités semblent s’éloigner de plus en plus des préoccupations des citoyens ?

« Il faut s’indigner », avance Nama Idriss une des figures féminine de la société civile. « Il faut continuer à se mobiliser. Car c’est un combat pour notre survie », a-t-elle continué. Cette chef d’entreprise qui voit, impuissante, ses clients désemplir de plus en plus son restaurent va jusqu’à préconiser le boycott des prochaines échéances électorales. Une idée reprise par Said Hachim ancien directeur de budget sous le régime Djohar qui condamne l’inaction des élus sur cette question et les accuse de complicité avec les autorités.

« Les autorités nous contraignent à consommer des produits avariés, l’administration ne marche pas, nos enfants n’étudient pas », s’est-il alarmé. Et lui d’appeler les élus à porter plainte contre le gouvernement pour « crime contre l’humanité ». Said Abdallah Mchangama l’initiateur de cette rencontre, avance qu’il faut sortir de l’immobilisme « organiser des actions immédiates » car la « situation est très grave ». A l’entendre « cette crise d’énergie affecte d’une manière très pressente la vie des comoriens ». A l’issue de cette réunion qui avait regroupé des responsables des localités et des régions de Ngazidja « il a été décidé de demander à être reçu par le président de la République, lui adresser une lettre mais aussi préparer des actions pacifiques de masse qui peuvent mobiliser le pays pour que les gens comprennent que nous sommes devant une situation très grave qui demande des solutions » fait savoir ce président de la FCC.

Cet ancien président de l’assemblée nationale qui se réjouit de l’impact des campagnes de sensibilisation que les organisations sociales et professionnelles ainsi que des associations des jeunes sont en train de mener. Selon lui la sensibilisation a touché toutes les localités : « C’est la première fois où vous voyez des villages qui sont allés eux même après cette sensibilisation remettre les factures à la Ma-Mwe. C’est très significatif ». Ils se donnent rendez-vous lundi pour demander à rencontrer le chef de l’Etat et lui remettre la lettre ouverte.

 

Maoulida Mbaé - Lgzt

 

Comores-Elections: Les Listes électorales sont affichées

Publié le 16/10/2014 à 09:32 par dafinemkomori

 

 

 

Des listes électorales incomplètes et truffées d’erreurs

 

 
 

 

Les listes électorales sont à l’affiche depuis le 10 Octobre. Depuis, de nombreuses anomalies ont été constatées. La Commission Electorale Nationale Indépendante dit attendre la totalité des réclamations avant d’entamer les rectifications nécessaires.

 

L’affichage des listes électorales a débuté depuis le 10 Octobre. Celui-ci va s’étendre jusqu’au 24 Octobre prochain. Les électeurs se sont empressés de vérifier s’ils figuraient bien sur les fameuses listes mais à première vue, de nombreuses anomalies apparaissent. Des noms mal écrits, des électeurs inscrits dans d’autres bureaux de vote où ils n’ont pas l’habitude de voter, des photos sur lesquelles les visages ne sont pas identifiables et un problème d’enrôlement des électeurs.

 

« Moi je ne suis même pas inscrit dans les bureaux de vote et pourtant j’ai été recensé », lance Mohamed Abdillah, un jeune de Caltex- Caltex dont le bureau de vote se trouve à Mboueni-. A Iroungoudjani, ce sont les transferts d’électeurs dans les autres bureaux de vote qui gênent. « D’habitude, je vote à Iroungoudjani 1 et aujourd’hui, je suis inscrit à Iroungoudjani 2. Et pourtant, lors de mon recensement, j’ai bien précisé que je votais au bureau 1 d’Iroungoudjani », se plaint un jeune de ce quartier de Moroni. Même scénario dans les bureaux de Badjanani.

La Commission Electorale Nationale Indépendante s’est aussitôt manifestée. « Les anomalies sont de différents types. On préfère attendre de voir s’il y aura d’autres anomalies par la suite afin de pouvoir les traiter de manière globale », nous confie un membre de l’institution. L’absence des personnes enrôlées sur les listes électorales présente tout de même le cas de figure qu’il craigne le plus.

 

Le ministère de l’Intérieur en charge des élections ne semble lui pas étonné de ces disfonctionnements. « On s’attendait à ce genre de problèmes. C’est pour cela qu’on a procédé à ces affichages », avance le directeur de cabinet du ministère. Il demande aux électeurs d’aller vérifier, et de rectifier et mentionner dans le fichier, en cas d’anomalie afin que la requête soit transmise au Centre National de Traitement des Données Electorales (CNTDE). « L’esprit de l’affichage des listes électorales est de pouvoir détecter d’éventuelles anomalies et les rectifier avant la délivrance de la carte électorale biométrique », précise-t-il.

 

Cet affichage n’a pas laissé indifférent certains partis politiques. Le secrétaire général du RADHI appelle au respect du cadre légal. « On voit que cet aspect du cadre légal est largement ébranlé par la Cour constitutionnelle et la volonté de la CENI de se passer des 90 jours prévus par la loi », affirme Houmed Msaidie. Il appelle le président de la République de faire respecter la constitution dont il est le principal garant et demande à la CENI de s’en tenir exclusivement à l’esprit et à la lettre de la loi.

 

 

Mohamed Youssouf - Lgzt

Interplanètaire: Le privilège de mourir sur la planète Mars!

Publié le 15/10/2014 à 06:46 par dafinemkomori
Interplanètaire: Le privilège de mourir sur la planète Mars!

                  

Un pied sur Mars? 68 jours plus tard, vous mourrez

 

Les courageux pionniers prêts à s'embarquer pour un aller-simple pour Mars, comme le prévoit la société néerlandaise Mars One, commenceront à mourir au bout de 68 jours, selon une très sérieuse étude scientifique parue récemment.

 

Cinq chercheurs en aéronautique du prestigieux Massachusetts Institute of Technology (MIT) sont arrivés à cette conclusion après avoir analysé les données scientifiques disponibles sur ce projet, qui doit aussi donner lieu à une émission de télé-réalité.

La mort du premier pionnier "arrivera approximativement au bout de 68 jours de mission, par asphyxie", écrit ce rapport de 35 pages qui analyse avec force graphiques et formules mathématiques les ressources en oxygène, nourriture et technologies disponibles pour cette mission censée être auto-suffisante.

Les plantes qui doivent nourrir les colons produiront trop d'oxygène et la technologie pour équilibrer l'atmosphère "n'a pas encore été développée", disent les auteurs.

De plus, les colons devront dépendre de plus en plus d'envois de pièces détachées dans le cadre d'une mission qui coûtera "dans le scénario le plus optimiste", quelque 4,5 milliards de dollars, une somme qui ne cessera d'augmenter avec l'envoi d'autres équipages, ont-ils calculé.

Mars One est un projet lancé par son co-fondateur et PDG, le Néerlandais Bas Lansdorp, qui a pour but d'envoyer en 2024 une première équipe de quatre volontaires pour coloniser Mars sans retour possible, après un voyage de sept mois.

Dans une réaction au magazine Popular Science, Bas Lansdorp a réfuté les chiffres du rapport, arguant qu'il utilisait des données incomplètes.

Il concède néanmoins que la question des pièces détachées est un problème. "Ils ont raison, le plus grand défi de Mars One est de garder tout en état de marche", dit-il.

Dans une réaction à l'AFP concernant l'oxygène, la direction de Mars One a indiqué "ne pas être d'accord sur le fait que la technologie n'est pour l'essentiel pas prête. Le système doit encore être testé mais la technologie est là".

Plus de 200.000 personnes originaires de 140 pays se sont portées volontaires pour faire partie du projet, qui fait de nombreux sceptiques mais a néanmoins reçu le soutien du lauréat néerlandais du Nobel de physique en 1999, Gerard't Hooft.

Un accord a été signé en juin dernier avec la société Endemol, qui produit de nombreuses émissions de télé-réalité, pour que soit filmé le processus de sélection et l'entraînement des pionniers.

 

Michael Jovanovic (@digi__mike)

Source: http://www.itele.fr

 

 


DERNIERS ARTICLES :
Comores-Elections: Les Partis Politiques font grise mine
  Elections harmonisées: 17 Partis montent au créneau   Le mémorandum signé ce mercredi 15 octobre à Moroni par dix-sept formations politiques dont la Crc, l’Anc, le Chu
Comores: Mamwe - la situation est très grave!
    La FCC et le Modec projettent « des actions pacifiques de masse »       Les organisations professionnelles montent au créneau et exigent une solution immédiate de la
Comores-Elections: Les Listes électorales sont affichées
      Des listes électorales incomplètes et truffées d’erreurs         Les listes électorales sont à l’affiche depuis le 10 Octobre. Depuis, de nombreuses anomalies ont é
Interplanètaire: Le privilège de mourir sur la planète Mars!
                   Un pied sur Mars? 68 jours plus tard, vous mourrez   Les courageux pionniers prêts à s'embarquer pour un aller-simple pour Mars, comme le prévoit la so
Comores: les Energies se mixent sans donner la lumière
    Les Comores se lancent dans l’énergie géothermique           Le gouvernement vient de signer un accord tripartite avec le PNUD et la Nouvelle Zélande pour le développ
forum