COM-COMORES MASIWA 4
Rien ne sert de courrir,il faut partir à point.Ko kali kali litso hutswa ko male male yatsona ntsa.

Thèmes

affiche amis amour annonce argent article background bonne brève cadre cadres

Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· Actualités Comores et Monde (545)
· Assalam anleykum!!! (1302)
· Billets d'humeur (40)
· Blague à part (51)
· Chronique sur Qui est Qui (35)
· Crash A 310 de Yemenia : (45)
· Dialogue Inter Institutions (10)
· Dossier à classer au cas par cas (3)
· Elections 2014-2015 (17)
· Elections Harmonisées 26 Déc 2010 (111)
· Entre l'Union et les Iles des Comores (25)
· Femme, je vous aime. (13)
· Feuilleton DAFINE SG Gouv Ngazidja (19)
· Général Salimou Mohamed Amiri (121)
· Gouvernements (16)
· Le panier de délices (10)
· Législatives 2009 (38)
· Les Comores en Images (25)
· Libre opinion (350)
· Sports Jeunesse et Culture (127)
· Trois Questions à:... (32)

Rechercher
Derniers commentaires

aide financiere ma il est: maritimes_0606 @hotmail.fr e n collaboration avec des banques partenaire, finance
Par maritimes, le 25.11.2014

les femmes ,karmarzamane vend des terres et sols à condition d'être copine à sako moili tout le magoudjou est
Par Anonyme, le 25.11.2014

bonsoir , au: maritimes_0606 @hotmail.fr maritimes_060 6@hotmail.fr je vous propose une aide financière
Par maritimes, le 25.11.2014

bonsoir , au: maritimes_0606 @hotmail.fr maritimes_060 6@hotmail.fr je vous propose une aide financière
Par maritimes, le 25.11.2014

bonsoir , au: maritimes_0606 @hotmail.fr maritimes_060 6@hotmail.fr je vous propose une aide financière
Par maritimes, le 25.11.2014

Voir plus

Articles les plus lus

· Mondial 2014: Cristiano Ronaldo bombarde Israël !
· Comores: A l'heure de la pierre taillée par un ordinateur!
· Feuilleton DAFINE SG Gouv Ngazidja - Episode 4.
· Chronique du Weekend: Sexe et Islam!
· J.O-2012: Un journaliste de TF1 écorche les Comores

· Feuilleton DAFINE - Episode 13
· Marseille : Le comorien Abdallah tué et un autre blessé
· Dossier: Farid Soilihi, candidat de la Diaspora.
· Chronique du weekend: Djamel Debouze - Révélations!
· Feuilleton DAFINE SG Gouv Ngazidja - Suite.
· Comores : Résultat du Baccalauréat 2014
· Comores: Dossier du crash du vol Inter iles
· Comores:''Tsi tsehe''de Salim Ali Amir est un chef d'oeuvre!
· Comment créer une entreprise aux comores?
· Comores au Féminin

Voir plus 

Abonnement au blog
Recevez les actualités de mon blog gratuitement :


Blogs et sites préférés

· Albalad
· Alwatwan
· comoresannonces
· La Gazette des Comores
· mpc
· Pitcha- Images d'évènements
· Poesie Coquine
· ridja
· watwan


Statistiques

Date de création : 24.05.2009
Dernière mise à jour : 25.11.2014
3102articles


Images
Ne crains rien! Avance!

La peur est le pire ennemi du progrès de l'homme. Elle nous permet de vivre longtemps mais dans l'immobilisme

kmr img
295186_260201700674681_100000545599263_983404_7059038_n1.jpg
Mrv
293753_260079390686912_100000545599263_982789_769745_n1.jpg
Coco
47538_1640708343884_1422077607_3528344_2557318_n2.jpg
Ceolacanthe
40746_1433753040601_1136187519_31010257_1099321_n.jpg
Hambou
24667_110628618977425_100000908613042_71549_7140444_n.jpg
Emblêmes
268330_128368983915164_100002261902802_229612_6793978_n.jpg
Nyamawi
25645_1274167407444_1027687165_30710221_7195975_n1.jpg
Madaba
421712_10150616904274669_525754668_10825049_2030261694_n2.jpg
Medina Mutsamudu
2010-04-03-port_medina_mutsamudu1.jpg
CJSOI 212
381963_348034321873701_100000014090169_1524613_1516000214_n1.jpg
Moroni
386199_10150433397058393_686943392_8615217_869364327_n1.jpg
Labeur
393433_288289987877953_100000908613042_891221_636484679_n1.jpg
Obscur
396611_2260731818350_1850079923_1499283_1933207080_n1.jpg
SAGC
DSC00566.jpg
Conteurs
DSC00757.jpg
Athl-Beit Salam
Athl-beit.jpg
Wadaha
DSC00374.jpg
escalator
294015_267575319937319_100000545599263_1011886_5898034_n1.jpg
Côte
2672617572_small_11.jpg
Etandard
CJSOI-blog.jpg
canon
301073_270670332961151_100000545599263_1024132_7252160_n1.jpg
Edif
404335_10150661077709669_525754668_10953705_1006847332_n2.jpg
Moderne
263746_2266167060075_1425501882_2708155_4602013_n1.jpg
Banane
206042_2121754096841_1635497046_2165223_1354852_n2.jpg
SAGC
2678792342_11.jpg
Tournante
2722061298_11.jpg
Billard
418950_10151285296515271_771145270_23208492_1756182081_n1.jpg
Moroni
400253_10150661704049669_525754668_10955407_730662496_n1.jpg
Dzialandze
422509_10150637051644669_525754668_10886703_712401189_n1.jpg
Plage
423841_10150637049709669_525754668_10886697_1043745098_n1.jpg
Kalaweni
318435_267564856605032_100000545599263_1011803_3375710_n1.jpg
Tortues
423705_368565379838312_100000545599263_1341699_654929672_n1.jpg
Côtes Comores
424336_368581006503416_100000545599263_1341725_275173771_n1.jpg
Comores
425467_374473485914168_100000545599263_1355756_679167970_n2.jpg
Lac
418039_368540589840791_100000545599263_1341662_1106249726_n1.jpg
Scène de pêche
419280_368575586503958_100000545599263_1341716_373000734_n1.jpg

Comores-Elections: Plusieurs candidatures que prévues !

Publié le 25/11/2014 à 16:19 par dafinemkomori

 

586 candidats pour 717 bureaux de votes avec 275 348 électeurs ! 

 

 

La journée du 24 novembre était particulièrement éprouvante pour la CENI et les membres des Commissions Electorales Insulaires. Presque tous les candidats ont attendu ce dernier jour de dépôt pour enregistrer  leurs candidatures. 277 candidatures sont  déposées à Ngazidja ; 238 à Ndzuwani et 71 à Mwali. A 23H59min les portails des CEII étaient clos. Les candidats qui se trouvaient dans les enceintes continuaient leurs enregistrements des dossiers. A Ngazidja les opérations ont continué jusqu’au petit matin.

Le plein de candidatures est observé au niveau des Conseillers des îles,  où 202 dossiers au niveau national,  dont 90 candidats à Ngazidja, 78 à Ndzuwani et 34 à Mwali sont déposés.

La nouveauté du scrutin municipal au niveau des Comores n’a pas pu affecter l’engouement des candidats nationaux; 193 listes de candidatures  sont comptabilisées au niveau du territoire, dont 87 à Ngazidja, encore 87 à Ndzuwani et 19 listes à Mwali. A en croire ce chiffre, la démocratie locale intéresse  au plus haut niveau la population locale.

Pour les législatives, 191 dossiers de candidatures, dont 100 à Ngazidja, 73 à Ndzuwani et 18 à Mwali sont comptabilisées au niveau des trois Commissions insulaires.

Les noms de ces candidats provisoires  seront affichés  le 28 novembre au niveau de la CENI, des CEII et des CECI et la liste définitive publiée par la Cour Constitutionnelle au plus tard le 19 décembre.

Ces candidats retenus auront à ouvrir le bal de la campagne électorale  du 24 décembre au 23 janvier 2015.

 

Source:www.cenicomores.km

 

Comores-Elections: des régions et des candidatures !

Publié le 25/11/2014 à 12:29 par dafinemkomori

 

 

Les candidats ont maintenu le flou jusqu’à la dernière minute

 

 

 

 

 

Les candidats à la députation ont maintenu le flou jusqu’à la dernière minute. A l’heure où nous mettions sous presse, une trentaine de prétendants seulement avaient déposé leurs dossiers de candidature à la Commission Electorale Insulaire de Ngazidja, parmi lesquels des ténors de la scène politique nationale.

 

Les prochaines élections harmonisées, législatives, du conseil de l’île et les communales promettent d’être passionnantes au vu des prétendants surtout à la députation. Dans presque toutes les régions de Ngazidja, les pronostics seront difficiles pour désigner le favori sur les concurrents aux 11 sièges de l’île Ngazidja au Palais du Peuple de Hamramba.

A commencer par le nord pour la circonscription de Mitsamiouli-Mboudé où le duel promet d’être tendu entre la mouvance présidentielle, Elarif Said Hassane, candidat de l’UPDC proche du gouvernement contre Abasse Mhadjou du RDC, proche de l’Exécutif de Ngazidja. Un dur combat pour un autre duel dans la même circonscription, cette fois-ci entre les frères ennemis, RADHI de Houmedi Msaidié contre CRC de l’ancien chef de l’Etat, Azali Assoumani. Ici, les deux charismatiques érudits musulmans, Fundi Cheri pour la CRC et Fundi Ali Hadji pour le RADHI vont croiser le fer, sûrement à coup de versets coraniques et de récits du Prophète.

Même combat dans le Washili-Dimani pour l’ancien ministre des Finances du régime Azali, Maoulana Charif. Ses ambitions résisteront-elles à celles du vice-président sortant de l’Assemblée nationale, Djaé Ahamada Chanfi ? Ce secrétaire général du RDC multiplie les pré-campagnes dans sa région.

La candidature d’Abdourahaman Said Hassan du parti Juwa de l’ancien président Sambi pourrait bousculer ce duel inter-wachili. La démonstration de force faite la semaine dernière par les partisans du Juwa est pressentie comme un signal fort.

Dans le Mbadjini Ngouwengwé, c’est un véritable classico qui opposera certainement le député sortant et avocat de place Ibrahim Ali Mzimba, Dr Abdoulkarim Mohamed, ministre de l’Education nationale qui portera la couleur de l’UPDC, un homme d’affaire de la place pour le compte de Juwa ainsi que le directeur de cabinet du gouverneur de Ngazidja qui devrait porter la couleur de la RDC.

Dans le Hambou, Delapeyre Raoul Yvon, commissaire en charge de la fonction publique et candidat du RDC devrait très probablement se confronter au candidat de la CRC, l’universitaire Ali Mhadji. Un duel qui sera arbitré par le candidat du président de l’Assemblée nationale, Bourhane Hamidou.

Dans le Bambao, ultime combat entre Mohamed Soulé Islam, commissaire en charge de la production et candidat du RDC, Issa Soulé Mmadi, conseiller politique du chef de l’Etat pour l’UPDC et Said Ali Said Chayhan, secrétaire régional de la CRC.

Dans la capitale, c’est le parti Orange qui a tenté une démonstration de force de ses militants, dans la rue, pour accompagner en fanfare le dépôt de ses dossiers de candidatures. La bataille sera très rude entre Orange, le parti Juwa et l’UPDC.

A quelques heures de la fermeture des dépôts de candidatures, le siège de la CEI a été pris d’assaut par les nombreux candidats qui voulaient déposer leurs dossiers au point qu’il était difficile de se frayer un chemin. Un évènement sur lequel nous reviendrons dans nos prochaines éditions, avec la liste provisoires de tous les candidats enregistrés par la CENI. Une liste qui devra par la suite être homologuée par la Cour constitutionnelle après les recours éventuels.

 

Maoulida Mbaé - Hzk Presse

Comores-Elections: les femmes ne se sont pas bousculées!

Publié le 25/11/2014 à 05:04 par dafinemkomori

 

 

 

Zarianti Mounir, seule femme tête de liste à Mutsamudu


 

 

Hier, La Gazette des Comores s’est rendue à la CEII (commission électorale insulaire indépendante) d’Anjouan pour s’enquérir des candidatures retenues. Devant une mission de la CENI pilotée par la commissaire Moinaécha Mroudjaé et la chargée de la communication de la CEII entre autres, il en est ressorti que Mme Zarianti Mounir, candidate aux municipales, était la seule femme tête de liste d’un scrutin.

 

Une mission de la CENI a débarqué à Anjouan samedi pour s’enquérir des préparatifs des prochaines échéances électorales. Composée de Mme Moinaécha Mroudjaé et Mme Anzimata Abdoua, elle a pour but de superviser les travaux de bouclage des dépôts de candidature. « A Anjouan, les travaux vont bon train. Nous avons aimé surtout la motivation de l’équipe de la communication à la CEII-Anjouan, c’est une bonne équipe » soulignent-elles.

La motivation des candidats aussi est à son comble selon Echati Chadhouli, chargée de communication à la CEII-Anjouan. Pour ce qui est des femmes en tête de liste aux communales, conseillers de l’ile et/ou députés, seule la représentante du parti PSNRDD (Parti pour le Salut National, le Rassemblement, la Démocratie et le Développement), Zarianti Mounir, y apparait.

Un fait qui n’est pas passé inaperçu. « On ne comprend pas les femmes. Elles s’acharnent et crient à l’égalité des Droits mais quand l’heure des épreuves sonne, elles désertent ! » s’emporte Chamouine Abdérémane alias Chams. Sur trois circonscriptions, à savoir Mutsamudu, Bandrani et Ouani, deux femmes se sont présentées : Mme Zarianti Mounir pour la commune de Mutsamudu et Mme Binti Salim du parti ANC, seule candidate de l’Ile aux élections des députés.

Les comoriennes revendiquent plus de visibilité sur la scène politique du pays et paradoxalement, elles sont absentes aux élections. On dirait que la politique qui prônait pour une représentativité de 30% de femmes élues a échoué.

 

Nabil Jaffar- Lgzt

Comores: Une formation en leaderchip à Crystal Hotel

Publié le 24/11/2014 à 07:05 par dafinemkomori
Comores: Une formation en leaderchip à Crystal Hotel

 

 

Les bénéficiaires globalement satisfaits

 

 

 

La formation sur « le leadership et la gestion de conflits pour les acteurs électoraux » a été concluante à en croire les participants. Un atelier qui a pris fin ce jeudi et qui a abordé tous les aspects des litiges électoraux et les scénarios possibles qui exigeraient l’intervention de ces acteurs pour calmer la situation.

 

Ce sont des hommes et des femmes du monde des médias, de la société civile, des plateformes des associations, de la Cour Constitutionnelle, de la Commission Electorale Nationale et Indépendante et des forces de sécurité qui ont pris part pendant quatre jours à la formation sur le « leadership et gestion de conflits pour les acteurs électoraux ».

Un module LEAD dispensé par des experts d’ « IRIS ELECTION », ayant une expérience de plusieurs années en matière de formation sur le renforcement de capacités, surtout en Afrique. Tous les aspects touchant au processus électoral ont été abordés au cours de cette formation comme en témoignent les bénéficiaires. A l’unanimité, ils ont salué la pertinence et la qualité de la formation, surtout dans une période charnière comme celle que va aborder le pays dans quelques semaines. Un module qui « s’est déroulé dans une bonne ambiance » atteste Ali Mohamed Hassani, conseiller diplomatique du président de l’Assemblée nationale et vice-président du CNPA.

Même sentiment de satisfaction pour Zaharia Said Ahmada de la plate-forme Réseau femmes et développement : « Les bénéficiaires étaient très réceptifs et ont apporté le soutien qui se doit pour permettre aux formateurs de travailler dans de bonnes conditions et ont été satisfaits de leurs prestations ». Quant à Said Mze Dafiné, membre de la CENI, il fait savoir que la formation était « bénéfique généralement, et spécialement en période électorale ». Il ajoute : « Heureusement que nous ne connaissons pas de violence électorale aux Comores, mais c’est l’occasion pour nous de renforcer la prévention des conflits et s’apprêter à se parer à l’éventualité ».

A quelques semaines du grand rendez-vous électoral, Zaharia Said Ahmada assure que les acteurs de ce processus sont « bien outillés de manière à pouvoir toucher du doigt la réalité de notre pays pendant tout le long du processus ». Même son de cloche pour Mariata Moussa, journaliste à Al-Watwan. Elle approuve « l’initiative d’organiser ce genre de formation car il est reconnu que la période électorale est une période très fragile et les esprits s’échauffent facilement ».

Ali Mohamed Hassan estime qu’« à quelque jours des échéances électorales couplées dans notre pays, les bénéficiaires sont suffisamment armés pour relever le défis ». Cette formation, issue du Projet d’Appui à la Crédibilité et à la Transparence du Processus Electoral (PACTE) et organisée par le Centre Européen d’Appui aux Processus Electoraux (ECES) a été financée par l’Union Européenne.

 

Maoulida Mbaé - Lgzt

Comores: l'ambassadeur de France visite l'hôpital!

Publié le 24/11/2014 à 07:00 par dafinemkomori
 

 

Robby Judes "anéanti" par sa visite à l’hôpital El Maarouf

 

L’Ambassadeur de France en Union des Comores s’est rendu hier matin au CHN El-Maarouf. Après la visite du service maternité, Robby Judes s’est dit « anéanti ».

 

L’Ambassadeur de France en Union des Comores, accompagné de la Conseillère de Coopération et d’Action Culturelle, du médecin de l’Ambassade de France et du Directeur de l’Agence française de développement (AFD), était en visite hier dans la matinée au Centre Hospitalier National El Maarouf.

 

Robby Judes a visité les services de cet hôpital de référence nationale, notamment le service des urgences, le SAS des brûlés, le service d’hémodialyse, le nouveau pôle chirurgical et la maternité. « Je suis arrivé aux Comores il y a deux mois et j’ai considéré que cette visite à El Maarouf était pour moi une priorité et je suis donc là parmi vous. J’ai visité la moitié de cet hôpital et j’en suis encore impressionné. Je m’attendais à un moment difficile. Croyez-moi, il l’a été. Il n’est pas possible de continuer à travailler dans cet environnement », déclare le représentant de la France en Union des Comores. Le diplomate français considère cette visite comme un hommage au personnel médical et soignant et les dirigeants de cet hôpital qui se dépensent sans compter pour faire face aux difficultés innombrables.

 

Cette visite était également l’occasion de présenter et de discuter du projet de reconstruction de la maternité par la France et de son état d’avancement. A travers le programme Projet d’Appui au Secteur de la Santé aux Comores (PASCO2), financé par l’Agence Française de Développement, la France apportera une attention particulière au Centre Hospitalier National (CHN) El-Maarouf qui réalise aujourd’hui plus de 3000 accouchements par an dans des conditions très difficiles.

 

« Je viens de visiter la maternité et j’étais anéanti. La vie commence à la maternité. Il faudrait que les femmes comoriennes puissent accoucher dans des conditions convenables. Cette reconstruction permettra une meilleure articulation avec le service de néonatalogie afin de créer l’équivalent d’un « pôle mère-enfant » fonctionnel », poursuit-il.

 

La reconstruction de la maternité d’El-Maarouf s’accompagnera d’un renforcement de l’offre obstétricale dans la région centrale de Ngazidja afin de désengorger le CHN El-Maarouf et lui permettre de se recentrer sur sa mission d’hôpital de référence. Le niveau de financement est à hauteur d’un million et demi d’Euros. « Ce n’est pas négligeable et c’est un grand effort pour l’AFD. Je salue le travail immense qui est réalisé à l’hôpital El Maarouf par l’AFD et espère qu’elle va toujours continuer dans les domaines privilégiés, notamment dans celui de la santé », avance Robby Judes. « L’AFD s’engage à côté de vous pour trouver une solution à ce problème dans les mois à venir et qu’il y ait une maternité digne de ce nom », ajoute-t-il.

 

La France a toujours accompagné les Comores en matière de formation dans beaucoup de domaines, selon lui. « Nous sommes très sensibles dans ce domaine. La formation médicale et scientifique est importante pour le développement. Il faudrait que les responsables politiques et le peuple comorien en soient conscients et se mobilisent aussi pour se battre et savoir ce qui essentiel par rapport au superflu », dit-il.

 

De son côté, le responsable de l’AFD a rejoint l’ambassadeur de France sur l’importance de cette visite à El Maarouf. En ce qui concerne la maternité, qui est l’un des projets phares du projet PASCO2, l’AFD projette de commencer les travaux vers septembre 2015. « Il y a actuellement en cours la sélection du bureau d’étude, qui sera le maitre d’œuvre de l’opération, et terminer les avants projets pour qu’on puisse entrer à la sélection des entreprises pour les travaux et démarrer la réalisation du projet », explique Daniel Lubeth, le représentant de l’AFD à Moroni.

 

Il appelle le concours des parties prenantes et rappelle qu’il faut penser à préparer la phase de transfert. « Pour pouvoir commencer les travaux, on devra démolir le bâtiment et commencer la reconstruction et il faudra préparer dans les délais nécessaires, les structures qui vont permettre de pouvoir assurer la continuité des services », indique-t-il. « Il faudra que cette question soit réglée dans les meilleurs délais ».

 

Le directeur général de l’hôpital El Maarouf salue cette initiative de l’ambassadeur de France. « C’est une marque de solidarité et de reconnaissance à l’égard du personnel soignant et médical de notre hôpital. Cette visite montre combien la France est toujours derrière El Maarouf », lance-t-il. Il sollicite encore une fois l’accompagnement de la France pour que l’hôpital dispose de certaines spécialités inexistantes dans le pays.

 

Mohamed Youssouf  Hzk Presse

Comores-Elections: 24 Nov a 23H59, Fin des Candidatures !

Publié le 23/11/2014 à 10:32 par dafinemkomori
Comores-Elections: 24 Nov a 23H59, Fin des Candidatures !

 

COMMISSION ELECTORALE NATIONALE INDEPENDANTE

  

 

COMMUNIQUE

 

 

La Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) informe les Partis Politiques, les Candidats, les électeurs et les partenaires que la date de fin de dépôt des candidatures est maintenu au lundi 24 novembre 2014 à 23h59min, conformément à l’article 73 du code électoral, qui stipule :La déclaration de candidature est déposée entre les quarante-cinq (45) et trente (30) jours avant la date fixée pour le démarrage de la campagne électorale du premier tour ou de l’élection primaire, aussi pour les élections qui se déroulent uniquement le jour du second tour.

 

La CENI confirme que cette date de fin de dépôt de candidatures concerne tous les scrutins (Législatives, Cantonales et Communales) du 25 janvier et 22 février 2015.

 

La Commission Electorale Nationale Indépendante réitère  son autonomie et son engagement à organiser des élections libres, transparentes et démocratiques le 25 janvier et le 22 février 2015. Elle invite les électeurs et les prochains candidats à une observation stricte de la déontologie et  des clauses du code électoral.

 

Moroni le 23 novembre 2014 

 

La Secrétaire à la Communication et aux Règlements

 

AHMED Zainab

Source:www.cenicomores.km

 

Comores-Elections: Un Fichier Electoral Minimal

Publié le 20/11/2014 à 14:47 par dafinemkomori

 

Dr Tadjiri du parti Chuma critique le fichier électoral

 
 

Dr Tadjiri Ahamada, vice-président du parti Chuma, conteste le fichier électoral publié par la CENI. Un document a été envoyé à Beit Salam afin de signaler au chef de l’Etat les anomalies relevées. Chuma organise des conférences afin d’en informer la population. Dr Tadjiri préconise l’application stricte de cette loi du code électoral, votée par l’Assemblée nationale le 30 mai dernier.

 

Le vice-président du parti Chuma, Dr Tadjiri Ahamada, conteste dans une interview exclusive, le fichier électoral publié par la CENI. L’essentiel pour lui n’est pas l’affichage, mais plutôt le contenu qui a été fait. Lundi 17 novembre, la CENI annonce devant les journalistes les résultats du fichier électoral. « Nous constatons la violation de l’article 12 de la loi, N°14-004 du 12 avril, relative au code électoral, du décret N°078 et l’article 02 de la même loi, ainsi que l’article 08 de ce code qui n’a pas été respecté », déclare Dr Tadjiri Ahamada. D’après la CENI, le fichier électoral au niveau national a enregistré au total 275 348 électeurs, soit de 37,02%.

Pour illustrer ses propos, Chuma commence sa démonstration par l’île de Ngazidja. « Nous avons 114 745 électeurs. Et si nous calculons le pourcentage du taux de participation, à la Grande-Comore, nous trouverons un chiffre de 51,28% », assure-t-il. Au niveau d’Anjouan, nous comptons 141 188 votants (résultat donné par la CENI), ce qui fait que « si nous calculons le pourcentage, c’est justement 41,68% », ajoute-t-il. Quand à Mohéli, la CENI a cité 19 415 électeurs soit 07,05%. Mais si nous comptons par rapport à la population de Mohéli, qui est de plus de 50 000 habitants, « nous aurons un taux de participation de 38% ». « Si nous calculons la moyenne pondérée de ces trois îles, cela va nous donner plus de 33,34%. Ce qui nous étonne un peu ! », s’exclame le vice-président du Chuma.

Selon lui, dans le numéro 2201 de La Gazette des Comores du mercredi 11 juin 2014, le résultat qui a été publié par la CENI au 30 Mai 2014, donnait à Ngazidja seul un chiffre de 71% d’inscrits, Anjouan 79% et 77% au niveau de Mohéli, dont la moyenne était de plus de 75,77%. « Le chef de l’Etat avait confirmé ce chiffre en présence des partis politiques dont le Chuma. Après, des moyens ont été investis au bout de 6 mois pour trouver un résultat fiable de 80% d’inscrits pour pouvoir aller aux élections. Et maintenant, nous avons cette surprise de 33% », lance-t-il.

A l’inverse, dans le journal Al Watwan du mardi 18 novembre 2014, il est fait mention de 79%. Dr Tadjiri se dit qu’il faut que la CENI s’explique sur le pourcentage de 79%. « Nous sommes là pour veiller à ce qu’on ne démente pas le président de la République et on ne transgresse pas la loi du code électoral. Nous demandons avec fermeté à la CENI d’être concrète, si jamais elle a constaté que ces résultats ne sont pas légaux, qu’elle le dise avant que la population comorienne ne réagisse parce que c’est une question très simple à résoudre », recommande-t-il. Il annonce qu’un document est déjà remis à Beit-Salam. « Nous voulons que le chef de l’Etat voit les anomalies », lance-t-il. « Nous continuons à rassembler les gens, à leur dire la vérité et rien que la vérité dans des conférences et autres ». Tadjiri Ahamada assure continuer jusqu’à ce que ce code électoral, voté par l’Assemblée nationale le 30 mai dernier soit appliqué.

 

Ibnou M. Abdou - Hzk Presse

Comores-Elections: Quelle pièce à avoir pour voter?

Publié le 20/11/2014 à 10:28 par dafinemkomori
Comores-Elections: Quelle pièce à avoir pour voter?

Pour une fois ça me dépasse

 

 

Pourquoi ne pas recourir/se fier à la base de données biométrique qui sert déjà à l'élaboration des cartes d'identité nationale et des passeports au lieu d'avoir investi un pactole pour créer un autre système biométrique spécial éléction?


Les TIC sont venues faciliter la vie, nous faire faire des économies. Les gens qui n'auraient pas séjournés au pays lors des opérations d'inscription ne pouront pas voter même si ils se trouveront sur le territoire national.

Vous vous rendez compte, les élécteurs ce n'est pas seulement ceux qui se sont fait enrollés mais plutôt ceux qui sont en âge de voter, du coup, en se munissant de sa carte d'identité nationale, élaborée à partir d'empreintes, on doit pouvoir voter.

A moins que la loi électorale précise de quelle système biométrique on doit forcement utiliser. mais y voir claire, on est entrain de jeter un grand sentiment de doute dans nos documents d'identité national.

A méditer et que les juristes nous éclairent

 

Karim Attoumani Mohamed

Comores-Elections: Les Partis prêts à engager la bataille

Publié le 20/11/2014 à 10:19 par dafinemkomori

 

 

Le parti Dudja est dans la course


 

Le président du parti Dudja, Mzé Soule El-Bak, a tenu une conférence de presse hier à Moroni pour confirmer les candidatures de son parti aux élections législatives, des conseils des îles et des municipales. Le parti, toujours membre de la coalition G5 (opposition), n’exclut pas de soutenir certains candidats du pouvoir.

 

Mzé Soulé El-Bak, le président du parti Dudja a officialisé les candidatures de plusieurs de ses militants aux élections de janvier et février 2015. La formation politique de l’ex-président de l’île de Ngazidja est dans la course. « Nous avons demandé à nos militants de se concerter dans leurs régions pour nous proposer des candidats. Certaines régions ont fait leur choix, d’autres ont jugé qu’ils n’étaient pas encore prêts pour postuler », avance l’ex président de l’île autonome de Ngazidja.

Des problèmes de financement seraient aussi à l’origine de certains désistements, à en croire Mzé Soulé El-Bak qui a tenu à démontrer que le parti compte plusieurs membres et leaders répartis sur tout le territoire. « Nous espérions avoir plus de candidats mais nous avons actuellement 2 candidatures pour les législatives, 11 candidats pour les conseillers des îles et 4 listes dans les municipales », ajoute-t-il.

Pour les élections des conseillers, Dudja présentera notamment des candidats dans le Bambao ya Mboini, Bambao Yadju, Bambao Yahari. Mboude, Itsandra Ya djou, Moroni sud, Moroni Nord et le Domba. Deux candidats du parti seraient aussi en lice pour les législatives de Moroni.

« Nous ne sommes pas de l’opposition mais il y a des partis de l’opposition avec lesquels nous nous sommes battus afin de défendre certains droits. Nous allons soutenir des candidats du G5 dans certaines circonscriptions bien évidemment. Mais il n’est pas exclu de se pencher du côté du pouvoir dans d’autres cas parce que le président Ikililou a respecté un de ses engagements qui était le respect de l’autonomie des îles », a déclaré le président du Dudja.

Le parti de Mzé Soulé El-Bak pourrait laisser ses membres voter librement dans certaines régions dans les primaires avant de se prononcer pour le second tour.

 

A.Abdillah Hamdi - Lgzt

Comores: 4 QUESTIONS À MSAIDIE Par IRCHAD

Publié le 19/11/2014 à 20:15 par dafinemkomori
 
Moi:M. Houmed Msaidié bonjour bienvenu aux 4 Questions.

 

M. Houmed Msaidié:Bonjour Irchad. Merci de m'avoir invité.

 

1)-Moi: Vous venez d'effectuer une tournée en France avec les cadres issus de votre nouveau parti, le Radhi. Tournée qui s'est achevée début novembre par le meeting que vous avez tenu à Marseille. Qu'est ce qui différencie le Radhi des autres partis concernant les doléances de la diaspora? Cherté des billets d'avions, droit de vote etc. Et quels sont les gages que vous pouvez donner pour convaincre que ce ne sont pas que des promesses de politiques politiciennes sans lendemain?


1)- M. Houmed Msaidié: Tout d'abord je note que le Président Ikililou a mis en place un commissariat à la diaspora. Ensuite son ministre des relations extérieures vient de monter une commission technique chargée de structurer la diaspora avec comme première activité en vue un séminaire gouvernemental sur la diaspora ici à Paris, je note toutefois que dans cette commission technique aucune femme n'y figure alors qu'elles sont au premier plan dans l'animation et le financement des activités des associations. Partant de tout cela je ne peux pas douter de la volonté du Président de promulguer la loi sur le vote de nos compatriotes établis à l'étranger et notamment en France. Pour ce qui est des représentants à l'assemblée nationale je crois que le Président Ikililou tiendra sa promesse de revoir le découpage avant la fin de son mandat et à cette occasion le congrès pourra également trancher sur le nombre des députés représentant la diaspora Comorienne. Enfin je crois savoir que les autorités françaises sont prêtes à aider notre gouvernement pour régler les quelques problèmes techniques qui pourraient surgir au niveau des infrastructures d'autant plus que maintenant le pays dispose d'une Commission électorale permanente, donc apte à circonscrire tous les problèmes et proposer aux décideurs les solutions idoines. A supposer que le Président Ikililou ne promulgue pas la loi, ce dont j'ai du mal à y croire, avant la fin de son mandat eh bien je peux vous assurer que si c'est le candidat de Radhi qui est élu à la magistrature suprême alors je peux vous assurer que dans les les 90 jours le problème du vote et de la représentation de la diaspora sera réglé.

Moi: Puisque la loi autorisant les comoriens de l'extérieur de pouvoir voter lors des présidentielles et des référendums est dans les tiroirs depuis 2004, pourquoi ne pas mettre la pression dès la prochaine législature? Pourquoi attendre 2016?

M. Houmed Msaidié:
Notre parti le Radhi va demander à rencontrer dès que possible le Président ainsi que les formations politiques pour matérialiser le plus rapidement possible le vote de la diaspora pour les élections de 2016. Par contre le problème du transport aérien demeure difficile à résoudre pour le moment. La solution est liée entre autres au développement du tourisme,à des négociations entre la France et les Comores lesquelles négociations devant impliquer la diaspora.

2)-Moi: Lors de votre meeting tenu en région parisienne, notre collectif connu sous le nom de Rilamha a mené une action en vue de dénoncer l'impunité et la corruption érigées en modèle de gouvernance aux Comores depuis bientôt 4 décennies. Vous nous avez donné la parole et nous avons saisi cette occasion pour vous demander de vous engager à lutter contre les gaspillages et les détournements masqués des deniers publics, par exemple la fameuse dotation de carburant. Vous vous êtes aussi engagés à réduire le train de vie de l'Etat afin de permettre de redéployer certains fonds qui représentent des centaines de millions de nos francs au profit de nos hôpitaux "malades".. Concrètement, comment allez-vous procéder?

2)-M. Houmed Msaidié: En fait le pays dispose aujourd'hui de toutes les institutions qui garantissent l' État de droit et la bonne gouvernance. Le problème réside dans le comportement de nous les gouvernants. Nous violons en permanence le cadre législatif et réglementaire, nous ne veillons pas assez à l'application de nos propres décisions, nous refusons de sanctionner allant même jusqu'à nous remettre à la justice divine. Cela doit changer le pays ne doit plus avoir un président qui se défausse sur le gouvernement et les autres institutions, un gouvernement qui fait porter ses inepties ouvertement à l'administration publiques et off the record au Président, l'Assemblée Nationale se contenter de vociférer, les chefs des institutions se réfugier derrière des rapports et les directeurs généraux des établissements et sociétés publics se comporter en monarques. À tous les niveaux le principe de la redevabilite doit prévaloir. Respect de textes, autorité et recevabilité. Voilà pour nous le cadre pour une bonne gestion des affaires de l ' État.

Moi: Comment allez vous procéder pour que tout ce que vous dénoncez ici puisse changer dans le bon sens?

M. Houmed Msaidié: 
En appliquant et en faisant appliquer strictement la constitution, les lois et les règlements tout en introduisant les réformes nécessaires liées à notre projet de société.

3)-Moi: À l'approche des élections législatives c'est le flou total qui règne dans votre formation politique. Le Radhi est-il dans la mouvance au pouvoir ou dans l'opposition? Je vous pose cette question à la suite d'un entretien qui aurait eu lieu entre le Président IKILILOU et M. Abdou Souefou lequel aurait abouti à ce qu'on appelle l'alliance de l'improbable, l'alliance contre-nature. J'entends par cette lecture la liste commune entre le dénommé A. Souefou membre éminent de votre parti et le ministre Abdoulkarim. Quelle lecture donner à cette alliance alors que dans le même temps, un autre candidat du Radhi s'oppose à un autre ministre dans le nord de l'île de Ngazidja?

3)-M. Houmed Msaidié: Une alliance électorale obéit généralement à une vision, à un programme et des objectifs plus ou moins partagés ou bien elle est la résultante d'une stratégie ou d'une tactique. L'alliance Updc/ Radhi dans le Ngongwe répond pour Radhi à des impératifs de stratégie et de tactique, et nous constatons que nous ne sommes pas les seuls dans ce domaine. Et il faut souligner ici que nous nous opposons avec force au gouvernement actuel dans sa manière de conduire les affaires de l'état mais en même temps sur le plan politique nous poursuivons un objectif commun, celui de voir la tournante se dérouler telle qu'elle a débuté pour renforcer la stabilité retrouvée. 

Moi: Stratégie ou alliance tactique pour faire battre l'avocat et député sortant Me MZIMBA?

M. Houmed Msaidié:
 Pas forcément pour faire battre qui que ce soit mais surtout pour faire gagner nos candidats compte tenu de notre analyse et de notre compréhension du terrain.

4)-Moi: Vous avez participé à la gouvernance sous l'ère Azali pendant au moins 4 ans. Ensuite, vous avez été le très actif Sg de la Crc. Vous vous en êtes éloigné à la suite de votre éviction que certains observateurs ont qualifié de putsch interne organisé par le Colonel-Président. Comprenez-vous la déception immense et les critiques que les Comoriens peuvent formuler à l'endroit de ce régime? Quelles leçons en tirez-vous pour votre propre offre politique? Et puis comment le parti Radhi compte désigner son futur candidat pour les présidentielles de 2016, puisque c'est la principale dissension que vous avez eue avec votre ancien chef?

4)-M. Houmed Msaidié: 
Tout d'abord une clarification, j'assume pleinement et totalement le passif et l'actif du régime d ' Azali. Je ne peux pas rester 4 ans sous son autorité en qualité de Ministre et son Directeur de Cabinet et venir aujourd'hui me dissocier de son action. Il est vrai que la décision finale lui revient comme il est de coutume en démocratie, mais publiquement je n'ai jamais évoqué la possibilité d'une démission pour tel ou tel acte. Cela étant je dois souligner également que je suis membre fondateur de la Crc et je me sens également comptable de son action jusqu'à cette rupture malheureuse liée au refus de certains de mes camarades d'alors du principe devenu universel maintenant des primaires au sein d'un parti démocratique pour départager plusieurs candidats. 

Moi: Si vous devriez exprimer un regret à nos compatriotes, un méa-culpa par rapport à vos 4 années passées au gouvernement Azaly.. Quel serait-il?

 
M. Houmed Msaidié:Celui de n'avoir pas pu lancer une dynamique de dialogue fécond avec nos frères et soeurs de Mayotte. 

Moi: M. Houmed Msaidié, je vous remercie et vous souhaite un bon retour aux Comores.

M. Houmed Msaidié: Je vous remercie et vous souhaite bonne continuation.
 

DERNIERS ARTICLES :
Comores-Elections: Plusieurs candidatures que prévues !
  586 candidats pour 717 bureaux de votes avec 275 348 électeurs !      La journée du 24 novembre était particulièrement éprouvante pour la CENI et les membres des Commi
Comores-Elections: des régions et des candidatures !
    Les candidats ont maintenu le flou jusqu’à la dernière minute           Les candidats à la députation ont maintenu le flou jusqu’à la dernière minute. A l’heure où
Comores-Elections: les femmes ne se sont pas bousculées!
      Zarianti Mounir, seule femme tête de liste à Mutsamudu     Hier, La Gazette des Comores s’est rendue à la CEII (commission électorale insulaire indépendante) d’A
Comores: Une formation en leaderchip à Crystal Hotel
    Les bénéficiaires globalement satisfaits       La formation sur « le leadership et la gestion de conflits pour les acteurs électoraux » a été concluante à en croire l
Comores: l'ambassadeur de France visite l'hôpital!
    Robby Judes "anéanti" par sa visite à l’hôpital El Maarouf   L’Ambassadeur de France en Union des Comores s’est rendu hier matin au CHN El-Maarouf. Après la visite d
forum